Net rebond des résultats de BNP Paribas au 3e trimestre

le
0
NET REBOND DES RÉSULTATS TRIMESTRIELS DE BNP PARIBAS
NET REBOND DES RÉSULTATS TRIMESTRIELS DE BNP PARIBAS

par Matthias Blamont et Maya Nikolaeva

PARIS (Reuters) - BNP Paribas a publié vendredi des résultats en net rebond au titre du troisième trimestre, tirés par toutes ses divisions, après avoir essuyé au trimestre précédent une perte historique liée au règlement de son contentieux aux Etats-Unis.

La première banque de la zone euro a accepté le 30 juin de s'acquitter d'une amende record de 8,97 milliards de dollars et de plaider coupable de deux chefs d'accusation dans le cadre d'un accord avec les autorités américaines qui lui reprochaient d'avoir contourné pendant plusieurs années des règles d'embargo s'appliquant aux transactions en dollar, notamment au Soudan et en Iran.

De ce fait, le deuxième trimestre s'était soldé par une perte nette de 4,3 milliards d'euros.

En sus de la pénalité financière, le groupe se voit interdire la compensation de certaines opérations de directes en dollar pour une durée d'un an à compter du 1er janvier 2015, principalement dans le segment du pétrole et du gaz.

Au cours d'une interview accordée à Reuters Insider, le directeur financier, Lars Machenil, a déclaré que BNP Paribas était en train de mettre en place des "solutions" sur chacun de ses sites touchés par cette interdiction, sans donner davantage de détails.

Début octobre, des sources avaient indiqué à Reuters que la banque cherchait activement de l'aide pour assurer la continuité de ses activités ce domaine.

Entre juillet et septembre, le produit net bancaire de BNP a progressé de 3,9% à 9,54 milliards d'euros. Le résultat net affiche une augmentation de 10,6% à 1,5 milliard.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un PNB de 9,53 milliards d'euros et un bénéfice net de 1,64 milliard.

Les revenus s'inscrivent en hausse dans toutes les divisions et particulièrement dans celle de la banque de financement et d'investissement, signe que les clients ne semblent pas s'être détournés de la banque après ses ennuis judiciaires outre-Atlantique.

La division Corporate and Investment Banking a vu son PNB monter de 2,9%, soutenue par l'activité de change et de taux. Dans le même temps, les revenus du pôle de banque de détail, Retail Banking - considéré comme un baromètre avancé de l'activité économique -, ont crû de 3,8% alors qu'ils avaient reculé, de 2,5%, entre avril et juin.

D'AUTRES ACQUISITIONS?

BNP Paribas, comme ses grandes concurrentes françaises cotées, a passé sans encombre les tests de résistance (stress tests) et l'examen de la qualité des actifs organisés par la Banque centrale européenne pour rétablir la confiance dans le système financier européen dont les résultats ont été publiés le 26 octobre.

Au 30 septembre, le ratio de solvabilité common equity tier one "fully loaded" de BNP sous le référentiel de "Bâle III" atteignait 10,1%, un niveau qui tient compte des examens menés par la BCE.

Plusieurs analystes se demandent désormais si une nouvelle vague de consolidation pourrait intervenir dans le secteur bancaire.

BNP Paribas a bouclé le 16 septembre le rachat de BGZ, la filiale polonaise du néerlandais Rabobank, pour quelque 1,1 milliard d'euros. L'opération reflète l'ambition du groupe de réaliser des acquisitions ciblées dans des zone géographiques ou des métiers au sein desquels il est déjà présent.

Interrogé sur la possibilité pour BNP Paribas de faire une offre sur les actions de la banque italienne Banca Monte dei Paschi di Siena, qui a échoué à passer les stress tests de la BCE, Lars Machenil a répondu que cette perspective était spéculative.

"Nous recherchons des acquisitions ciblées. Si nous trouvons des dossiers ciblés et à des prix raisonnables, nous ferons ce que nous devons faire", a-t-il dit.

(Edité par Pascale Denis)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant