Nestlé confirme ses objectifs pour 2015

le
0
OBJECTIFS 2015 CONFIRMÉS POUR NESTLÉ
OBJECTIFS 2015 CONFIRMÉS POUR NESTLÉ

ZURICH (Reuters) - Nestlé a publié jeudi un chiffre d'affaires semestriel un peu en deçà du consensus, affecté par le rappel de nouilles Maggi en Inde, mais a confirmé ses objectifs annuels.

Nestlé a retiré en juin des sachets de nouilles instantanées Maggi de la vente en Inde en raison d'un "environnement prêtant à confusion pour les consommateurs" et créé par la publication de tests pointant une quantité excessive de plomb dans ces produits.

En conséquence, la filiale indienne de Nestlé a annoncé le mois dernier un chiffre d'affaires en baisse de 20% au deuxième trimestre.

"En Inde, notre retrait des nouilles Maggi se traduit par une croissance organique négative, laquelle se poursuivra au second semestre. Nous sommes pleinement impliqués auprès des autorités tout en travaillant au retour du produit", explique le groupe alimentaire suisse dans un communiqué.

Le gouvernement indien a porté plainte contre la filiale indienne de Nestlé, réclamant 6,4 milliards de roupies (88,2 millions d'euros) de dommages et intérêts pour le compte de consommateurs.

Tests à l'appui, le président Peter Brabeck a déclaré au journal suisse Handelszeitung: "Nos produits sont sains pour le consommateur".

Nestlé a fait état d'un chiffre d'affaires en baisse de 0,3% à 42,84 milliards de francs suisses (39,38 milliards d'euros) au premier semestre, à comparer au consensus Reuters qui le donnait à 42,95 milliards, soit en retrait de 0,1%.

Le bénéfice net est pareillement en retrait du consensus, en baisse de 2,5% à 4,5 milliards de francs contre 4,74 milliards attendus, ce qui aurait représenté une hausse de 2,3%.

En revanche, la croissance organique dépasse le consensus, ressortant à 4,5% contre 4,32% anticipés.

Nestlé confirme son objectif d'une croissance organique de l'ordre de 5% cette année, avec une amélioration des marges et du résultat récurrent par action à taux de change constant.

Nestlé, comme toutes les sociétés de produits de consommation courante, doit composer avec un tassement de la demande d'économies jadis très dynamiques comme la Chine et le Brésil, tandis que le consommateur européen reste pour sa part prudent. Quant aux Etats-Unis, le consommateur s'interroge sur l'impact sur sa santé des produits surgelés, ce qui provoque une baisse des ventes dans ce segment.

(Michael Shields, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant