Nestlé: changement de cap stratégique en vue ?

le
0

(CercleFinance.com) - Du neuf chez Nestlé ! Pour la première fois en presque un siècle, le futur directeur général du géant agro-alimentaire suisse ne proviendra pas du sérail. Ce qui pourrait présager de changements stratégiques sensibles au sein du groupe.

En effet, le groupe basé à Vevey, sur les bords du lac Léman, a annoncé le 27 juin dernier que son 'administrateur délégué' (c'est-à-dire son directeur général) depuis 2008, Paul Bulcke, va passer la main : il prendra au 1er janvier 2017 la présidence du conseil d'administration, en remplacement de Peter Brabeck-Letmathe, sous réserve de l'avis de l'AG. Ce qui n'est pas vraiment une surprise.

Qui deviendra alors le patron opérationnel de Nestlé ? C'est là l'élément inattendu : alors que les noms de hauts cadres du groupe, comme Laurent Freixe et Wan Ling Martello, circulaient dernièrement, il s'agira finalement d'Ulf Mark Schneider, qui jusqu'alors était le directeur général du groupe médical allemand Fresenius, spécialiste notamment de la dialyse.

Pour Nestlé, il s'agit d'un événement : en effet, il faut remonter jusqu'en 1922, avec la nomination de Louis Dapples, pour retrouver la trace d'un directeur général extérieur au groupe !

Chez Société Générale, les analystes 'un peu surpris' saluent d'abord cet apport de sang neuf qui devrait renforcer l'intérêt de Nestlé pour la nutrition et les produits médicaux et para-médicaux. Des segments en croissance forte et rentable. Les analystes ne sont pas très inquiets que M. Schneider n'ait pas d'expérience dans le domaine agro-alimentaire, puisqu'en la matière, Nestlé ne manque pas de talents.

Cependant, M. Schneider 'devra rassurer les investisseurs sur le retour qu'ils peuvent attendre de Nestlé Skin Health et de Nestlé Health Sciences', juge SG, des entités relativement autonomes qui seront directement rattachées à M. Schneider dès sa prise de fonction.

Le futur nouveau patron devra aussi montrer, selon SG, que ces jeunes activités peuvent générer des synergies avec le reste du groupe, et faire le point sur le capital qui leur sera alloué. Sans oublier qu'il est toujours question, depuis le plan stratégique présenté le mois dernier, de mesures d'économies à moyen terme... portant sur les activités agro-alimentaires, qui concentrent tout de même 95% de l'activité de Nestlé. Dubitatif, SG conseille toujours de conserver l'action Nestlé avec un objectif de cours inchangé de 76 francs.

Chez Credit Suisse, on se montre plus cinglant : les analystes estiment que le parcours de M. Schneider a sans doute impressionné le conseil d'administration de Nestlé, qui l'a choisi à l'unanimité. Et que cette décision présage probablement d'un renforcement du groupe dans le domaine médical : pourquoi pas.

Mais acerbes, les spécialistes estiment aussi qu'il est pertinent de se demander pourquoi Nestlé a préféré le profil de M. Schneider. Credit Suisse estime que le géant suisse a des problèmes de compétitivité et 'qu'il perd des parts de marché sur des produits représentant 44% de ses ventes'. Ce qui commande sans doute une évolution, mais laquelle ? Mystère. 'Peut-être des temps désespérés appellent-ils des mesures désespérées', concluent les spécialistes, toujours à 'sous-performance' (soit à la vente) sur le titre, avec une cible de 66 francs.

Un autre bureau d'études, Morgan Stanley, voit malgré tout l'arrivée de M. Schneider d'un oeil favorable. Les spécialistes soulignent d'abord le parcours de M. Schneider : durant son mandat de directeur général chez Fresenius, le CA du groupe a quadruplé (essentiellement par croissance organique) et le résultat net a été multiplié par 12. Les analystes prêtent donc à M. Schneider un sens du leadership, et pas seulement une expérience du côté de la nutrition médicale.

Selon Morgan Stanley, l'arrivée de M. Schneider indique aussi que Nestlé à prêt à prendre ses difficultés stratégiques à bras-le-corps. Selon eux, M. Schneider sait d'ailleurs y faire en matière de fusions-acquisitions. A l'achat sur la valeur, ils visent une cible de 85 francs.

A suivre : après la présentation des résultats semestriels de Nestlé, le 18 août, M. Schneider commencera à se familiariser avec le groupe dès le mois de septembre, avant de prendre ses fonctions de DG en 2017.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant