Nestlé arrête la production de plats cuisinés à Beauvais

le
2
NESTLÉ ARRÊTE DE PRODUIRE DES PLATS CUISINÉS À BEAUVAIS
NESTLÉ ARRÊTE DE PRODUIRE DES PLATS CUISINÉS À BEAUVAIS

PARIS (Reuters) - Nestlé va arrêter la production de plats cuisinés dans son usine de Beauvais, près de Paris, en raison d'une forte chute des ventes liée au scandale de la viande de cheval, a annoncé jeudi la filiale française du groupe.

Début 2013, ce scandale a révélé un système de fraude à l'échelle européenne où de la viande de cheval bon marché était vendue pour de la viande de boeuf, plus onéreuse, notamment dans des plats surgelés cuisinés.

"L'activité plats cuisinés va être arrêtée à Beauvais. C'est une conséquence directe de la crise de la viande de cheval, les rayons plats cuisinés ont été désertés", a déclaré une porte-parole de la filiale française du groupe.

Les ventes de ces plats ont chuté de 20 à 25% environ par rapport à l'an dernier, ajoute-t-elle, précisant que ces produits étaient commercialisés sous la marque Maggi.

En mars, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) avait trouvé de la viande de cheval en faible quantité dans des lasagnes de Davigel, filiale de Nestlé.

La suppression des 165 postes de l'usine de Beauvais (Oise) ne conduira à aucun licenciement, ajoute la porte-parole, précisant qu'une partie des salariés serait notamment reclassée dans une autre unité du site qui produit des crèmes glacées.

L'affaire de la viande de cheval n'a fait qu'appuyer la baisse globale des ventes de surgelés observée depuis plusieurs années, souligne le directeur de l'usine, Patrice Raut.

"Le site de Beauvais, sur sa partie surgelés, avait une activité relativement conséquente (...), on est montés jusqu'à 60.000 tonnes (par an) il y a une vingtaine d'années et cette année on était descendus à 4.600 tonnes", explique-t-il.

Le marché est, dit-il, affecté par la perte de confiance mais aussi par l'appétit grandissant des consommateurs pour les produits frais et les conserves.

La France est le deuxième marché de Nestlé dans le monde, où le groupe emploie 160.000 personnes réparties sur 30 sites, indique le groupe.

Natalie Huet et Sybille de la Hamaide, avec Marion Douet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • blbryvsg le jeudi 24 oct 2013 à 17:47

    Ils ont raison. Je leur suggère de s'installer à l'Elysée, car en matière de cuisine, Courtevue 1er, il excelle.

  • M3182284 le jeudi 24 oct 2013 à 17:40

    pas mal comme prétexte pour relocaliser la production là où il n'y a pas de cgtistes