Népal : "Nous étions une noce de 400 personnes, et soudain les gens hurlaient"

le
0
Dans le district de Sindhulpalchok, qui compte le plus grand nombre de victimes, les blessés des villages environnants sont peu à peu évacués par hélicoptère vers Katmandou.
Dans le district de Sindhulpalchok, qui compte le plus grand nombre de victimes, les blessés des villages environnants sont peu à peu évacués par hélicoptère vers Katmandou.

Le large hélicoptère MI-17 de l'armée népalaise remonte vers le nord-est. Parti de Katmandou, il s'enfonce dans l'Himalaya, rasant les cols et épousant le relief des vallées dévastées. Dépassant le district verdoyant des rizières de Charikot, il prend de l'altitude et pénètre dans le district de Sindhulpalchok, plus encaissé et plus aride. Sur les crêtes gisent çà et là des tentes de fortune à côté de gravats. Un district coupé du mondeAu fil du vol, les images de destruction s'intensifient et deviennent pratiquement totales lorsque l'hélicoptère se pose en hauteur d'un versant, sur le terrain de sport d'une école détruite, seule zone d'atterrissage possible à la ronde. Autour, les vestiges de maisons disséminées sur le flanc de la montagne forment le hameau de Naranthan. Coupé du monde par les glissements de terrain, il est le dernier village népalais avant la frontière chinoise du Tibet, 8 kilomètres plus loin. Depuis deux jours, l'armée y mène des opérations de sauvetage et des distributions de nourriture, alors que les craintes concernant le sort de ces populations isolées ne cessent d'augmenter. Le district de Sindhulpalchok détient le record de victimes depuis que le séisme de magnitude 7,8 a frappé le Népal samedi dernier. Un bilan provisoire y décompte 1 374 morts et 40 000 maisons détruites."J'assistais à un mariage, et soudain..."En bordure de l'héliport improvisé se massent les villageois, des blessés,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant