Népal : des centaines de milliers d'animaux sacrifiés lors d'un rituel

le
0
Népal : des centaines de milliers d'animaux sacrifiés lors d'un rituel
Népal : des centaines de milliers d'animaux sacrifiés lors d'un rituel

Des milliers d'animaux décapités ou égorgés... Le village népalais de Bariyapur, près de la frontière avec l'Inde, s'apprête à devenir le plus grand abattoir du monde pendant deux jours, avec le sacrifice de milliers d'animaux allant du buffle au rat. Un rituel hindouiste qui a commencé vendredi en l'honneur d'une déesse, en dépit des protestations d'ONG de défense des animaux.

«C'est très festif, tout le monde est enthousiaste», a affirmé le prêtre Mangal Chaudhary, qui dirige la cérémonie, depuis le site des sacrifices situé près du temple dédié à la déesse Gadhimai. «Les rituels se sont déroulés sans incident toute la matinée et nous avons maintenant commencé les sacrifices», a-t-il déclaré.

Les fidèles devaient commencer par sacrifier des buffles, parqués par milliers dans un grand champ adjacent au site, avant de passer à d'autres animaux. Sita Ram Yadav, un paysan de 55 ans qui a voyagé pendant trois heures pour atteindre le village, a estimé que l'ambiance ressemblait à celle d'un «carnaval» avec la présence de milliers de fidèles. «J'offre une chèvre à Gadhimai pour la protection de ma famille. Si on y croit, elle exauce vos voeux», explique Yadav.

VIDEO. Gadhimai : un sacrifice organisé tous les cinq ans

300 000 animaux sacrifiés en 2009,

La fête a débuté jeudi à minuit, sous haute surveillance policière, avec une chèvre, un rat, un poulet, un porc et un pigeon offerts pour le sacrifice inaugural. Quelque 1200 policiers ont été déployés dans le village et le champ où les sacrifices ont lieu, afin de contrôler la foule qui s'est massée pour regarder. Des croyants surexcités ont tenté d'escalader un mur haut de 1,50 mètre érigé autour du site, la police s'activant pour empêcher tout heurt entre hindouistes et défenseurs des droits des animaux. La vente d'alcool a été interdite pendant ce festival.

Les défenseurs des animaux accusent les autorités du temple de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant