Néo Sécurité sous procédure de sauvegarde 

le
0
Pour faire face à des problèmes de trésorerie à court terme, le numéro un français de la sécurité bénéficie de la version française, assez peu employée du «Chapter 11», dont il prévoit de sortir au plus tard en septembre.

Paradoxe: alors que la sécurité est une préoccupation omniprésente dans les aéroports, les sites industriels et les entreprises, la société Néo Sécurité, numéro un français du secteur, a choisi de se placer sous la protection de la procédure de sauvegarde, version nationale du «Chapter 11 américain. Celle-ci protège les entreprises en difficulté en suspendant leurs ­dettes. Cette bouffée d'oxygène leur permet ainsi de se réorganiser.

La contradiction n'est qu'apparente. Si la société, qui emploie aujourd'hui 7000 personnes, a recours à cette procédure créée en 2005, c'est pour mieux digérer l'acquisition de la filiale française de la société britannique G4S acquise en 2009. «Nous avons alors rencontré des problèmes de trésorerie liés à l'acquisition et aux restructurations», explique Jean-Michel Houry, président de Néo Sécurité. Cette opération s'était en effet accompagnée de 800 suppressions de postes sur un total de 5 000. «La sociétü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant