Néo-paysans : Fantasio chez les "ploucs"

le
0
Ceux que l'administration nomme les « hors-cadres familiaux » représentent l'avenir de l'agriculture, en dépit des obstacles et des réticences.
Ceux que l'administration nomme les « hors-cadres familiaux » représentent l'avenir de l'agriculture, en dépit des obstacles et des réticences.

Il y a du Tintin reporter chez Gaspard. Un Spirouletabille en quête de la clé des champs. À 25 ans, Gaspard d'Allens a préféré suivre sa copine chez les «  néo-paysans  » plutôt que de poursuivre une carrière toute tracée, après des licences d'histoire et de sociologie à Nanterre et un master à Sciences Po Paris. Le jeune homme avait pourtant commencé à travailler pour Cécile Duflot au ministère du Logement, avant de tout plaquer pour aller à la rencontre de ces urbains qui désertent les villes pour réinventer la campagne. « Je ne me voyais pas devenir si tôt un vieux con », glisse l'ancien conseiller ministériel, parti sur les routes de France à vélo et en auto-stop avec Lucile Leclair, rencontrée sur les bancs de Sciences Po. Contrairement à lui, la jeune femme a déjà travaillé pour un syndicat agricole et la fédération nationale de l'agriculture biologique.

Adeptes du « woofing »

Le jeune couple avait prévu d'aller récolter des pommes de terre sur une île au large d'Ouessant, de récolter des cerises du côté d'Orléans et des fraises en Picardie en pratiquant le « woofing ». Cette version rurale du couch-surfing offre un hébergement gratuit dans des fermes bio et propose de contribuer aux travaux quotidiens. Une formule idéale pour Gaspard et Lucile, qui veulent prendre le temps de discuter longuement avec leurs hôtes avant de relater leurs expériences dans des articles. Et dans un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant