Nelson Peltz échoue à entrer au conseil de Procter & Gamble

le
0
    * Un inspecteur indépendant va certifier les résultats 
    * Peltz avait le soutien de 3 grands conseils aux 
actionnaires 
    * Les actionnaires individuels ont joué un rôle important 
 
 (Actualisé avec précisions, contexte, cours de clôture) 
    par Svea Herbst-Bayliss et Siddharth Cavale 
    10 octobre (Reuters) - L'investisseur activiste Nelson Peltz 
a perdu mercredi son pari d'entrer au conseil d'administration 
de Procter & Gamble  PG.N , les actionnaires du groupe de 
produits de grande consommation ayant désigné les 11 candidats 
présentés par la direction. 
    Le résultat préliminaire du vote a été annoncé par du groupe 
propriétaire des couches Pampers, de la lessive Ariel ou encore 
des rasoirs Gillette et dont la capitalisation boursière dépasse 
les 230 milliards de dollars (193 milliards d'euros), mais 
Peltz, à la tête du fonds Trian Fund Management, a refusé de 
concéder sa défaite dans l'attente des résultats définitifs. 
    Selon des sources, le vote pour ou contre la nomination de 
Peltz s'est joué à un point de pourcentage. Un inspecteur 
indépendant doit examiner et certifier le vote ce mois-ci et 
Trian pourrait ensuite contester le résultat en justice. 
    "Nous nous attendons à ce que Peltz, qui s'est élevé contre 
l'organisation de la société, sa gouvernance et ses récentes 
performances financières, conteste le vote", a dit l'analyste de 
Morningstar Erin Lash.     
    Les trois grandes sociétés de conseil aux actionnaires 
avaient recommandé un vote favorable pour l'investisseur 
activiste, qui ne réclamait qu'un seul siège au conseil. 
    L'action P&G, initialement en hausse, s'est retournée à la 
baisse et a fini sur une perte de 0,54% après l'annonce du 
résultat du vote lors de l'assemblée générale du groupe. 
    Trian, cinquième actionnaire de P&G avec une participation 
de 3,5 milliards de dollars, a notamment proposé de réorganiser 
le groupe en trois unités largement autonomes: beauté, produits 
de soins et de toilette; tissus et entretien de la maison; et 
produits de soins pour bébés, femmes et à l'usage de la famille. 
    P&G, dirigé par David Taylor, s'y est opposé en mettant en 
avant le fait que la direction du groupe réfléchissait déjà à 
plusieurs modifications possibles et que Peltz n'avait pas 
l'expérience nécessaire pour contribuer à cette réflexion. 
    L'investisseur était pourtant donné largement gagnant dans 
cette bataille parce qu'il avait le soutien des trois grands 
conseils et qu'il ne demandait qu'un seul siège. 
    "Qu'il ait gagné ou perdu, Nelson Peltz a porté la campagne 
activiste au sein des plus grandes sociétés, qui avaient réussi 
jusque-là à échapper à ce type d'expérience en dépensant 
suffisamment d'argent pour écarter les activistes", a dit Bruce 
Goldfarb, fondateur d'Okapi Partners, sociétés de conseil. 
    Les deux parties ont dépensé au total plus de 100 millions 
de dollars (85 millions d'euros) en mails, appels téléphoniques 
et publicité afin de convaincre les actionnaires. 
    Les petits porteurs détiennent 40% du capital du groupe, une 
proportion nettement plus importante que pour la plupart des 
autres grandes entreprises cotées. 
    Selon les analystes, cette base d'actionnaires individuels a 
joué un rôle de premier plan dans la défaite apparente de Trian. 
Il s'agit surtout d'employés et de retraités de P&G, qui sont la 
plupart du temps fidèles à la direction et qui peuvent se méfier 
des intentions des fonds d'investissement de Wall Street. 
 
 (Svea Herbst-Bayliss à Boston et Siddharth Cavale à Bangalore, 
Véronique Tison pour le service français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant