Nelson Mandela et le sport : la vraie histoire d'"Invictus"

le
0
Nelson Mandela félicite le capitaine de l'équipe de rugby d'Afrique du Sud, François Pienaar, le 24 juin 1995, à Johannesburg.
Nelson Mandela félicite le capitaine de l'équipe de rugby d'Afrique du Sud, François Pienaar, le 24 juin 1995, à Johannesburg.

L'image, relayée par le film de Clint Eastwood Invictus, est devenue légendaire : le 24 juin 1995, les Springboks sud-africains viennent de battre la Nouvelle-Zélande et Nelson Mandela, président depuis un an, revêtu du maillot n° 6 du capitaine blanc François Pienaar, remet à ce dernier la coupe du monde que son pays a remportée. Conscients du moment historique, les deux hommes échangent des propos qui le sont tout autant. Le président allume la première mèche : "François, merci pour ce que vous avez fait pour votre pays." Le capitaine le suit sur le même terrain : "Non, monsieur le Président, merci pour ce que vous avez fait." La foule hurle alors : "Nelson, Nelson !" Une foule composée à 95 % de Blancs.

Dans l'imaginaire sud-africain, la scène qui se déroule ce jour-là à l'Ellis Park de Johannesburg renvoie évidemment à un autre stade, celui de Soweto, où Mandela, une semaine après sa libération en 1991, avait été acclamé, mais seulement par le peuple noir. Cette fois, le chef de l'État est ovationné par des Blancs. Car il a endossé ce maillot vert marqué de l'antilope, incarnation d'un sport, le rugby, réservé aux Blancs. Un maillot symbole même de l'apartheid, donc de l'ennemi. Mandela a eu cette intuition géniale pour conquérir le coeur des Blancs. Et peu importe si l'équipe victorieuse compte dans ses rangs un seul Noir, Chester Williams, les Springboks ont avec eux ce seizième joueur, décisif. Juste avant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant