Nelson Mandela a quitté l'hôpital, selon la présidence sud-africaine

le
0
Nelson Mandela a quitté l'hôpital, selon la présidence sud-africaine
Nelson Mandela a quitté l'hôpital, selon la présidence sud-africaine

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela a quitté dimanche matin l'hôpital de Pretoria (Afrique du Sud), où il était hospitalisé depuis le 8 juin, pour sa maison de Johannesburg, a annoncé la présidence sud-africaine. Samedi, une première annonce de sa sortie, faite par la BBC, avait finalement été démentie.

«L'état de santé de 'Madiba' reste critique et parfois instable», rappelle toutefois la présidence dans un communiqué, mais «les médecins sont convaincus qu'il recevra le même niveaux de soins intensifs dans sa maison qu'à l'hôpital». «Sa maison a été aménagée spécialement pour lui permettre de recevoir des soins intensifs», poursuit le communiqué. De plus, le personnel soignant «à son domicile est exactement le même que celui qui s'occupait de lui à l'hôpital», précise la présidence. Cependant, «si son état de santé justifie une nouvelle admission à l'hôpital, ce sera fait».

La présidence formule ses «meilleurs voeux de convalescence»

Et même si le texte est accompagné «des meilleurs voeux de convalescence» formulés par l'actuel président Jacob Zuma, il est difficile de savoir si ce retour à la maison témoigne d'une réelle amélioration de l'état de Mandela. Ou de la volonté d'éviter au prix Nobel de la paix de finir sa vie entre les murs anonymes d'une chambre d'hôpital.

Agé de 95 ans, Madiba était hospitalisé dans un établissement de Pretoria depuis le 8 juin pour une énième récidive d'une infection pulmonaire, dans un état qualifié de « grave ». Il pouvait alors respirer sans assistance, selon la présidence. Mais son état s'est nettement détérioré ensuite, au point qu'on a craint le pire à plusieurs reprises. Ses problèmes pulmonaires sont probablement liés aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant son séjour sur l'île-prison de Robben Island, au large du Cap, où il a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant