Neige et verglas : bloquée 12 heures dans un bus, une famille raconte son calvaire

le
1
Neige et verglas : bloquée 12 heures dans un bus, une famille raconte son calvaire
Neige et verglas : bloquée 12 heures dans un bus, une famille raconte son calvaire

Ils ont quitté leur chalet des Menuires, station de ski savoyarde samedi à 10h30. Une demi-heure plus tard, Yves-Eric et sa famille ont pris la navette direction la gare TGV de Moutiers, où ils devaient prendre un train pour Paris à 14 heures. A 22 heures ce samedi soir, lui et la cinquantaine de passagers du bus étaient toujours bloqués en raison des conditions de circulation rendues difficiles par la neige et le verglas. «On a mis 9h30 pour faire 25 km», confie ce Francilien de 32 ans dont le retour de vacances se révèle être un cauchemar.

«Dès le début des Menuires, cela avançait à 2 à l'heure, décrit-il. Depuis 11 heures, on s'est arrêté trois ou quatre fois pendant une heure. On a croisé deux déneigeuses, aucun policier, une ambulance... On a l'impression que tout le monde est laissé à l'abandon. Or depuis midi, il ne neige presque plus. C'est surtout cette nuit que c'était spectaculaire.» A bord du car, pas de nourriture et pas d'eau. «On avait juste pris une mandarine et une petite bouteille d'eau, pensant être à 14 heures dans le TGV», soupire-t-il.

«Si on arrive avant minuit à Moutiers, c'est beau, poursuit-il. Là-bas, nous n'avons pas pour l'instant d'hébergement. Il y a juste un gymnase de collège. Mon frère et sa femme sont partis avec leurs trois enfants des Menuires deux heures avant nous et ils sont arrivés à 19h30 à la gare. Ils ont réussi à prendre l'une des dernières places du gymnase. Ils viennent de m'appeler pour me dire que c'était plein.» Devant le collège, trois sont stationnés sans savoir où décharger leurs passagers.

A Moutiers, commune de moins de 4000 habitants, inutile de compter sur des infrastructures hôtelières capables d'accueillir plusieurs personnes. «Les hôtels ne répondaient pas ou étaient complets», confirme Yves-Eric. Et vu l'état des routes, il est impossible de se rendre aux alentours pour trouver un lieu où passer la nuit.

«Cela va être la foire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danielk6 le dimanche 28 déc 2014 à 15:22

    incident périodique tous les ans en France !!