Négociations sur la Grèce à Bruxelles : les propositions d'Athènes au crible

le , mis à jour à 09:48
7
Négociations sur la Grèce à Bruxelles : les propositions d'Athènes au crible
Négociations sur la Grèce à Bruxelles : les propositions d'Athènes au crible

Le document remis par la Grèce contient 70 mesures et doit permettre au pays de réduire son déficit public d'ici à 2018. Mais les propositions d'Alexis Tsipras ne sont pas simples à mettre en place. C'est bien ce qui rend ses interlocuteurs européens méfiants.

MODIFIER LA TVA. Tsipras propose de revoir son système de TVA à partir du 1er octobre. Il y aurait trois taux (un normal à 23 %, un intermédiaire à 13 % et un taux super-réduit, non plus à 6,5 %, mais à 6 %). La restauration ne serait plus taxée à 13 % mais à 23 %. L'hôtellerie serait taxée à 13 % (au lieu de 6,5 %). Tout comme l'alimentation, la distribution d'eau ou l'énergie (électricité, gaz). Le taux super-réduit viserait, lui, les produits pharmaceutiques, les livres ou le théâtre. Exit, enfin, les taux de TVA super-réduits appliqués jusqu'ici dans les îles grecques. Quel gain Alexis Tsipras espère-t-il de cette réforme ? L'équivalent de 1 % du PIB grec en recettes supplémentaires. Soit près de 200 M€.

Pourquoi c'est compliqué ? En Grèce, le tourisme représente 20 % de l'économie et fait travailler 800 000 personnes (et 1,5 million indirectement). Augmenter la TVA de la restauration et de l'hôtellerie pourrait faire augmenter les prix. Et faire baisser la fréquentation touristique. Enfin, cela pourrait augmenter les paiements en liquide, non déclarés, dans un pays où le cash est roi (près de 30 Mds€ retirés depuis janvier) et les cartes de paiement souvent mal vues.

RENDRE LA FISCALITÉ PLUS JUSTE. La Grèce compte relever de 26 à 28 % l'impôt sur les sociétés, supprimer des régimes de faveur accordés aux agriculteurs, s'attaquer aux plus riches (surtaxe de solidarité, taxation des navires de plaisance) et aux puissants armateurs, à travers un relèvement des taxes sur le tonnage des navires. Le gouvernement grec promet aussi de combattre l'évasion fiscale (on estimait en 2012 à 280 Mds€ le montant des avoirs grecs cachés en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 12 juil 2015 à 18:34

    Pas d'aides sans un suivi obligatoire par les préteurs de la mise en application des engagements de la Grèce avec des résultats. Les aides ne seront acquises qu'après des résultats positifs effectifs et contrôlés.

  • nanard83 le dimanche 12 juil 2015 à 10:56

    Tout es compliqué , selon l'auteur de cet article .Pas besoin d'être journaliste ou " économiste " pour en sortir une pareille !!!

  • Abi04 le dimanche 12 juil 2015 à 10:53

    Même si il instaure un taux de TVA plus haut cela ne changera rien car les Grecques continuerons à déclaré 100 au lieu de 1000 !! Et oui la triche continue.. On ne change pas les bonnes habitudes.. En France c'est pareil regarder tous ceux qui ont été à l'ENA le résultat est là Super François est arrivé et la France a le droit de continuer d'emprunté pour plus s'enfoncé... Merci....

  • patmat63 le dimanche 12 juil 2015 à 10:06

    5 mois que ça dure, ça suffit !

  • frk987 le dimanche 12 juil 2015 à 10:01

    En cash c'est rare de voir un commerçant payer de la TVA...surtout sur les services....peut-être vont ils mettre un agent fiscal dans chaque hôtel-restau....ils nous prennent bien pour des branques.

  • stepone7 le dimanche 12 juil 2015 à 10:01

    schauble faut qu il tienne fasse a la france qui n a qu une idée en tete : ruiner l economie francaise , au moins les allemands font du protectionnisme et ne veulent pas appauvrir leur peuple comme ce qu est en train de faire l autre au gouvernement francais ..

  • M4750397 le dimanche 12 juil 2015 à 08:26

    Il n'y a pas de fiscalité sans administration fiscale ...