Négociations sans illusion sur le nucléaire iranien à Genève

le
0
La rencontre entre les six grandes puissances et l'Iran démarre dans un climat tendu.

Pour la première fois depuis un an et deux mois, l'Iran et six grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne, ou «E3 + 3») se retrouvent à Genève pour débattre à nouveau de l'épineux dossier nucléaire iranien. Depuis le 1er octobre 2009, l'atmosphère a cependant bien changé dans la cité de Calvin. À l'époque, un vent d'optimisme contagieux avait soufflé sur les rives du Léman, une résolution possible du dossier s'étant fait jour. On parlait alors de «l'esprit de Genève», en clin d'½il aux fructueuses négociations stratégiques russo-américaines des années 1950. L'accord de principe ébauché avec les Iraniens laissait entrevoir un échange d'uranium à des fins civiles, et mutuellement bénéfique. Saïd Jalili, l'émissaire iranien dépêché par le président Mahmoud Ahmadinejad, prenait même la pose dans un cadre bucolique et lacustre, encadré par le secrétaire d'État américain William Burns et l'ex-chef de l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant