Négociations difficiles à Bruxelles entre Athènes et ses créanciers

le
2
NÉGOCIATIONS DIFFICILES À BRUXELLES ENTRE ATHÈNES ET SES CRÉANCIERS
NÉGOCIATIONS DIFFICILES À BRUXELLES ENTRE ATHÈNES ET SES CRÉANCIERS

BRUXELLES (Reuters) - Les négociations se poursuivent difficilement dimanche à Bruxelles entre les représentants du gouvernement grec et ceux des créanciers internationaux qui accentuent la pression sur Athènes.

Les deux parties conviennent de l'urgence de la situation: la Grèce devra rembourser au 30 juin 1,6 milliard d'euros dus au Fonds monétaire internationale ou se déclarer en défaut de paiement, une situation inédite pour un pays de la zone euro susceptible de mettre en péril son maintien dans l'Union économique et monétaire européenne.

Dans son édition dominicale, le quotidien allemand Frankfurt Allgemeine Zeitung affirme que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a spécifiquement prévenu le Premier ministre grec Alexis Tsipras des risques d'un "Grexit", ou sortie de la Grèce de la zone euro, lorsque les deux hommes se sont rencontrés, jeudi dernier à Bruxelles.

Le même soir, selon des sources européennes, des représentants européens réunis à Bratislava ont évoqué formellement et pour la première fois le scénario d'un défaut de paiement grec. "Pour la première fois, il y a eu une discussion sur un 'plan B' pour la Grèce", a précisé une de ces sources. Dans cette éventualité, Athènes serait sans doute contraint de mettre en oeuvre des mesures de contrôle des capitaux et de limiter les retraits bancaires pour éviter un mouvement de panique. (voir)

Tsipras a de son côté fait savoir qu'il avait indiqué à son équipe de négociateurs, avant qu'ils ne se rendent à nouveau samedi à Bruxelles, qu'il était prêt à des compromis douloureux à condition d'obtenir en retour un allègement significatif de la dette colossale accumulée par la Grèce (175% de son PIB). (voir)

Selon une source familière des négociations engagées depuis février entre Athènes et ses créanciers, des discussions sur un allègement de dette seraient en cours. Il n'a pas précisé à quel niveau de responsabilité elles étaient menées.

"Les discussions en cours sont difficiles. Les positions restent très éloignées. Il n'est pas certain qu'il y aura une issue", a dit un responsable de l'Union européenne, qui relève que "de hauts fonctionnaires de la Commission s'inquiètent de la possibilité de parvenir à un accord dans les temps".

(Jan Strupcewski avec Renee Maltezou à Athènes; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3011651 le dimanche 14 juin 2015 à 17:43

    blabla rien de neuf

  • M2971476 le dimanche 14 juin 2015 à 16:53

    Au fait qui sont ces "hauts fonctionnaires" ou "responsables de l'UE" dont on tait le nom et qui font publier leurs inquiétudes de façon assez lâche? Aurions-nous confiance en eux si nous savions de qui il s'agit? Qui conserve confiance en ces administratifs privilégiés du fisc, qui font preuve de tant d'incompétence et inefficacité sur le problème Grec depuis plusieurs mois? Ah, un responsable de l'UE? Il y en existe un?

Partenaires Taux