Négociations autour de la surproduction d'oranges au Brésil

le
0

(Commodesk) Le Brésil, premier producteur mondial d'oranges et de FCOJ (jus d'orange concentré surgelé), anticipe pour la campagne 2012-2013 une production exceptionnelle, à 364 millions de caisses. Cependant, du fait de problèmes de stockage, un quart des oranges pourraient ne pas être récoltées, alertent les agriculteurs.

Les discussions se poursuivent entre les différents acteurs de la filière de la production d'oranges au Brésil, afin de trouver des solutions à ce problème de surproduction. Une nouvelle réunion a eu lieu le mardi 12 juin au ministère de l'Agriculture entre les producteurs d'oranges et les industriels, afin de tenter de limiter les pertes pour le secteur.

Les négociations actuelles portent sur les quantités achetées aux producteurs et sur les prix pratiqués. Une solution envisagée est que les industriels achètent les oranges à moindre prix mais réduisent l'efficacité de leur traitement : ils utiliseraient plus d'oranges pour produire la même quantité de jus, ce qui les inciterait à en commander davantage. Ainsi, une plus grande partie de la production pourrait être écoulée.

Contactée par Commodesk, Kátia Abreu, présidente de la Confédération brésilienne de l'agriculture et de l'élevage (CNA), envisage une campagne de promotion de la consommation d'oranges au Brésil, afin d'écouler une partie des quantités sur le marché intérieur.

Elle évoque surtout la possibilité pour le gouvernement d'accorder une ligne de crédit afin d'aider les producteurs à stocker. Car selon Kátia Abreu, le problème actuel ne concerne pas les capacités du pays pour stocker la production, qui seraient largement suffisantes, mais le difficile accès au crédit. Les agriculteurs, en charge de conserver eux-mêmes leur surplus, n'auraient en effet pas les moyens d'entreposer leur récolte dans les espaces prévus à cet effet, d'où l'idée de leur accorder un prêt à taux avantageux. La surproduction de cette année pourrait alors n'être vendue que dans le courant de l'année 2013.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant