Néfertiti, la Belle du Nil

le , mis à jour à 15:14
0
Néfertiti, la Belle du Nil
Néfertiti, la Belle du Nil

L'Aura de Néfertiti, la plus célèbre reine égyptienne de l'histoire -- Cléopâtre était grecque --, repose sur une pyramide de malentendus. Elle a vécu aux alentours de 1370 à 1333-1334 av. J.-C. et a épousé le pharaon Akhenaton. C'est à peu près tout ce dont on est sûr. Etait-elle aussi sa sœur, une cousine, la fille d'un dignitaire ? Les experts se disputent autant sur son arbre généalogique que sur la localisation de son tombeau...

L'image de celle dont le nom signifie «la belle est venue» reste gravée sur notre rétine par la grâce de son buste exposé à Berlin et son physique continue à nous séduire. « Elle pourrait sortir des pages d'un magazine des années 2000, estime l'égyptologue Renaud de Spens. Parce que les canons de beauté de l'Egypte ancienne sont les mêmes que les nôtres. » Longue nuque, doigts allongés et taille étroite, détaillent les poètes de l'Antiquité... Avec, seule différence, des hanches un peu plus larges que celles de nos mannequins.

«Les sculpteurs l'ont rendu plus parfaite»

Mais cette belle image est «photoshopée», commente l'égyptologue Dimitri Laboury. «Néfertiti devait avoir ce type de visage, mais les sculpteurs l'ont rendu plus parfait.» C'est comme le couple très amoureux qu'elle a formé avec Akhenaton... «Une manoeuvre politique, coupe Dimitri Laboury. Exactement comme Nicolas Sarkozy mettait en scène son intimité avec Carla Bruni.» Les statues, les bas-reliefs représentent très souvent les royaux tourtereaux main dans la main ou enlacés et peuvent encore émouvoir les visiteurs du Louvre. «Akhenaton aimait peut-être sa femme, rassure l'expert. Mais on est sûr qu'il l'a trompée.» L'inventeur du monothéisme était polygame, il entretenait un harem et avait distingué au moins une favorite, la «très aimée» Kiya.

En revanche, «la belle Néfertiti n'a pas été qu'une potiche», insiste Renaud de Spens. Elle est souvent représentée comme l'égale du roi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant