« Ne pas répéter les mêmes erreurs »

le
0
« Ne pas répéter les mêmes erreurs »
« Ne pas répéter les mêmes erreurs »

L'international ivorien soigne l'entorse de la cheville droite qui lui avait valu de quitter le stade Louis-II avec des béquilles au soir de la défaite contre Monaco (3-1). A l'occasion d'une séance photo au camp des Loges pour Nike, l'équipementier du club, Serge Aurier a accepté de revenir sur son nouveau départ et sur le PSG version Unai Emery. Il était, en revanche, convenu, à la demande du club, de ne pas évoquer les affaires extra-sportives qui ont émaillé sa seconde moitié de saison dernière.

 

Serez-vous rétabli pour jouer contre Saint-Etienne ou Arsenal ?

SERGE AURIER. Non, c'est encore limite. J'ai beaucoup d'étapes à passer avant de revenir sur le terrain, que ce soit pour vendredi ou mardi. J'espère postuler le plus rapidement possible.

 

Le PSG, lui, est-il prêt à affronter Arsenal mardi, après ses dernières prestations inabouties ?

On a le droit de perdre un match, même quand on s'appelle Paris Saint-Germain. Mais tout le monde est prêt mentalement pour relever ce défi face à Arsenal. D'abord, il faut gagner en championnat. Ensuite, en Ligue des champions, on est dans un groupe à notre portée, mais la première place peut être très importante. Arsenal la veut aussi. La bataille commence maintenant. Tout le monde a envie de rebondir.

 

La défaite contre Monaco sert-elle de piqûre de rappel ?

Parfois, ça fait du bien de se mettre un peu des bâtons dans les roues et de repartir. C'était un match sans. Le plus important, c'est de ne pas répéter les mêmes erreurs. On a une équipe qui est capable de faire de grandes choses.

 

Que change le départ de David Luiz ?

David Luiz, c'était quelqu'un qui apportait un peu sa folie, sa joie de vivre, qui a donné beaucoup de choses ici. On perd vraiment un grand défenseur, mais on va se serrer les coudes. Ce qui est bien, c'est qu'il y a beaucoup de polyvalence derrière. Comme je l'ai dit au coach, je serai disponible dans l'axe s'il a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant