NDDL : le TGI de Nantes examine la demande d'expulsion des familles et agriculteurs

le
0
Les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont maintenu la pression mardi, en multipliant opérations escargot et blocages de routes près de Nantes.
Les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont maintenu la pression mardi, en multipliant opérations escargot et blocages de routes près de Nantes.

La société Aéroports du Grand Ouest demande l’expulsion des onze familles et des quatre agriculteurs installés dans la zone où doit être construit l’aéroport.

Le tribunal de grande instance de Nantes examine, mercredi 13 janvier en fin de matinée, la demande en référé de la société Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale du groupe Vinci et concessionnaire du site, visant l’expulsion des onze familles et des quatre agriculteurs opposants au projet installés dans la zone où doit être construit l’aéroport, assortie d’une astreinte journalière de 200 à 1 000 euros et d’une mise sous séquestre de leurs biens et cheptels s’ils n’obtempèrent pas.

Les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont maintenu la pression mardi, multipliant opérations escargot et blocages de routes près de Nantes, dans l’espoir d’un geste de François Hollande pour empêcher l’audience d’expulsion de mercredi. Toutes ces actions avaient pris fin vers 19 heures mardi.

Vincent Delabouglise, un des porte-parole du collectif d’organisations agricoles opposées à l’aéroport, expliquait mardi : « On ne nous répond toujours pas sur l’annulation de la procédure de référé qui doit être examinée mercredi à Nantes. Il faudrait que le gouvernement se décide à dire quelque chose, car la colère monte. » Une « colère » dont certains redoutent qu’elle ne déborde à l’occasion de la manifestation « dans le calme et la sérénité » appelée par les opposants à l’aéroport mercredi matin devant le TGI.

Suspendue en 2012 peu avant les dernières tentatives d’évacuation de la ZAD (zone d’aménagement différé) dévolue au projet, rebaptisée « zone à défendre » par les opposants, l...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant