NDDL : l'aéroport n'aura qu'une seule piste au lieu de deux, prévient Royal

le , mis à jour à 15:20
0
NDDL : l'aéroport n'aura qu'une seule piste au lieu de deux, prévient Royal
NDDL : l'aéroport n'aura qu'une seule piste au lieu de deux, prévient Royal

Ségolène Royal s'apprête à réécrire Notre-Dame-des-Landes. Au lendemain de la remise d'un rapport d'experts, sur le projet d'aéroport nantais à Notre-Dame-des-Landes, la ministre de l'Environnement a estimé que « le projet actuel » devait « être modifié avant le référendum » du 26 juin prochain. Ce jour-là, les habitants de Loire-Atlantique devront répondre « oui » ou « non » à la question suivante : « Souhaitez vous le transfert de l'aéroport tel qu'il est aujourd'hui vers Notre-Dame des Landes ? »

Ségolène Royal se fonde sur le document qui lui a été remis mardi par ses rédacteurs, trois ingénieurs généraux des ponts, des eaux et des forêts, « rapport que j'ai commandé malgré les cris des uns et des autres » et qui estime que le projet est «démesuré».

«Si un aéroport est construit à Notre-Dame-des-Landes, il n'aura qu'une seule piste, au lieu des deux actuellement prévues, a prévenu mercredi la ministre de l'Environnement. Ce n'est pas la peine de faire croire aux gens que ce sera autrement. 200 hectares seront rendus aux agriculteurs».

VIDEO. Notre-Dame-des-Landes : le projet est-il vraiment «surdimensionné»?

Ce mercredi matin sur RMC et BFM TV, elle a par ailleurs estimé que « ce rapport est un moment de vérité ». « Il dit (d'une part) qu'il est possible d'aménager l'aéroport actuel, en faisant la liste des avantages et des inconvénients, et que si ça avait été fait plus tôt, le problème serait déjà réglé ». Il dit d'autre part que le projet est « démesuré ». Une seule piste pourrait suffire au lieu de deux, et moins longue comme moins large, avancent les ingénieurs. Cela signifie que « 200 hectares de terre ont été gelés inutilement », et que sur ces terrains « les expulsions ne sont pas fondées », a-t-elle encore estimé.

Mais la ministre, de longue date sceptique sur le projet, a refusé de répondre à Manuel Valls qui mardi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant