NBA: San Antonio bat Miami mais craint pour Tony Parker

le
0
SAN ANTONIO DOMINE MIAMI
SAN ANTONIO DOMINE MIAMI

SAN ANTONIO, Texas (Reuters) - Les San Antonio Spurs ont frappé fort mardi au Texas dans le troisième match de la finale NBA en étrillant Miami 113-77, mais pourraient avoir perdu Tony Parker, blessé.

Les Spurs ont effacé l'amertume de leur large défaite (103-84) deux soirs plus tôt en Floride, mais leur joie a été de courte durée en raison des inquiétudes que suscite leur meilleur marqueur.

Le Français a ressenti une douleur aux ischio-jambiers côté droit durant la rencontre et passera une IRM ce mercredi.

"Je ne sais pas, je n'ai aucune idée. On fera une IRM demain (mercredi). J'espère que ce n'est pas méchant, juste une petite contraction", a déclaré Parker, qui n'a inscrit que six points lors d'un match qu'il n'a disputé qu'en partie.

Le Français est rentré aux vestiaires lors du troisième quart-temps, est revenu sur le parquet brièvement au début du quatrième quart-temps, avant de rejoindre le banc lorsque la décision était faite.

Le prochain match a lieu jeudi, toujours à San Antonio.

San Antonio, en finale pour la première fois depuis son quatrième titre de champion NBA en 2007, prend l'avantage 2 manches à 1 dans la série qui se joue au meilleur des sept matches.

Danny Green et Gary Neal, qui jouent leur première finale NBA, se sont surpassés en cumulant à eux deux 51 points. Green a marqué 27 points, dont sept paniers à trois points, et Neal a inscrit 24 points, dont six à trois points.

La défense des Spurs a limité les ardeurs offensives du redoutable LeBron James, qui finit avec 15 points, une misère pour le quadruple MVP (meilleur joueur).

"On a eu ce qu'on méritait", a commenté Erik Spoelstra, le coach du Miami Heat, après la rencontre. "Chaque fois qu'ils voulaient tirer, ils pouvaient. On n'a rien fait pour les perturber."

San Antonio menait de 11 points après un quart-temps, n'avait plus que six points d'avance à la mi-temps, mais sur son parquet, porté par une foule en délire, a irrésistiblement accéléré, ne laissant que des miettes au tenant du titre.

Frank Pingue; Jean-Stéphane Brosse et Pascal Liétout pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant