NBA: Ronny Turiaf, comme un poisson dans l'eau à Los Angeles

le
0
RONNY TURIAF, DU MIAMI HEAT AUX LOS ANGELES CLIPPERS
RONNY TURIAF, DU MIAMI HEAT AUX LOS ANGELES CLIPPERS

par Romain Brunet

LOS ANGELES (Reuters) - Le basketteur français Ronny Turiaf, en mal de temps de jeu et diminué par des blessures ces trois dernières saisons, retrouve le sourire cette saison avec les Los Angeles Clippers dans une ville où il se sent bien.

Champion NBA avec le Miami Heat en juin dernier, le pivot des Bleus a préféré quitter la Floride durant l'été alors qu'il lui restait une année de contrat.

Sa clause de départ activée, il a signé avec les Clippers aussi bien pour des raisons sportives qu'extra-sportives.

"Le choix des Clippers a été simple", dit-il dans le vestiaire de sa nouvelle franchise. "C'est le choix d'être à l'aise, le choix d'être dans une équipe qui a besoin de ce que j'apporte sur le terrain, et le choix d'être proche de la famille et de tous mes amis."

Car, à Los Angeles Ronny Turiaf évolue en terrain connu. Le Martiniquais a joué ses trois premières saisons chez les Lakers entre 2005 et 2008 et revient depuis tous les ans dans cette ville, où il possède un appartement à quelques minutes à pied du Staples Center, pour y passer ses étés.

Sa petite s?ur, Florence, étudie au lycée Marymount. C'est également ici que travaille Fabrice Gautier, l'ostéopathe de l'équipe de France avec qui le nouveau joueur des Clippers entretient des rapports qui vont au-delà de la simple relation professionnelle.

"C'est comme un grand frère", explique Ronny Turiaf. "C'est quelqu'un qui a été là pour moi tout au long de ma carrière NBA, aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Il a été à la fois mon ostéopathe et mon psychologue. Et sa femme est aussi comme une deuxième maman pour moi. C'est un couple qui a été là pour moi et qui m'a tendu la main quand j'en avais besoin."

"REMPLACANT"

Le champion NBA 2012 se souvient que son arrivée dans la ligue, en 2005, avait été retardée en raison d'une malformation cardiaque.

Opéré à c?ur ouvert durant l'été 2005, il avait ensuite connu des mois difficiles avant d'effectuer ses débuts chez les Los Angeles Lakers en février 2006. Fabrice Gautier l'avait alors accompagné durant cette période difficile.

Sept ans et six clubs plus tard (Los Angeles Lakers, Golden State Warriors, New York Knicks, Washington Wizards, Denver Nuggets, Miami Heat), Ronny Turiaf a fait ses débuts, fin octobre, sous les couleurs de l'autre franchise de la Cité des Anges, les Clippers.

En treize rencontres, le Français tourne depuis le début de la saison à 1,3 point et 1,9 rebond en 9,5 minutes en moyenne. Des statistiques modestes mais dont il se contente pour le moment.

"Le temps de jeu, ça fluctue", dit-il avec philosophie. "Je joue remplaçant sur les postes 4 et 5, c'est cool, j'aime bien. Je suis en train de trouver mon rôle petit à petit mais c'est aussi une équipe qui a des joueurs de renom."

Avec DeAndre Jordan, Blake Griffin ou encore Lamar Odom devant lui, Ronny Turiaf sait qu'il doit faire preuve de patience. Mais peu importe le nombre de minutes, le pivot français a retrouvé un environnement qui lui convient.

"Je suis comme un poisson dans l'eau", dit-il avec un grand sourire aux lèvres. "Je suis vraiment à l'aise et ça me rappelle un peu l'époque où j'étais aux Lakers lorsque tous les jours n'étaient vraiment que du pur bonheur".

"Je suis 100% à l'aise sur le terrain et en dehors du terrain. Des fois, il y a des situations où on peut être à l'aise sur le terrain mais pas forcément en dehors, des fois c'est l'inverse. Mais pour l'instant, le côté sportif comme le côté extra-sportif de ma vie sont fantastiques."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant