NBA : Mais qui sera MVP?

le
0
NBA : Mais qui sera MVP?
NBA : Mais qui sera MVP?

La NBA a attaqué sa quatrième semaine sur les chapeaux de roue. A l’heure où l’on écrit ces lignes et si la NBA devait élire son MVP de la saison, les votants auraient de sérieux maux de crâne tant les statistiques personnelles de certains sont incroyables. Revue des forces en présence.

La rencontre entre Toronto et Cleveland cette nuit a permis à LeBron James (28 points, 9 rebonds, 14 passes) et DeMar DeRozan (26 points, 6 rebonds, 4 passes) de se faire un match dans le match. Quand on sait que jusqu’au 27 novembre, la plupart de ces prétendants vont s’affronter, on en salive déjà. Et si Anthony Davis n’est pas dans cette liste, c’est seulement dû aux 2 victoires et 7 défaites de son équipe des Pelicans.
  • DeMar DeRozan : 34 points (52,8% au tir), 4,8 rebonds, 3,2 passes
Un début de saison des plus tonitruants pour DeMar DeRozan. Critiqué pour des play-offs plus que moyens durant la dernière campagne, l'arrière de Toronto porte à lui seul les Raptors. L'or olympique obtenu à Rio et son nouveau contrat (145 millions $ sur 5 ans) y sont sûrement pour quelque chose mais le comparse de Kyle Lowry ne semble plus être ce joueur qui "arrose" à tout va. A 27 ans, le natif de Compton semble arriver à maturité et fait preuve d'une adresse hallucinante avec 52,8% de réussite sur près de 24 tirs tentés par match. Une réussite insolente qui permet à Toronto d'occuper la troisième place de l'Est avec un bilan de 7 victoires pour 3 défaites et au n°10 d'être actuellement le meilleur marqueur de la NBA.
  • Russell Westbrook : 32 points (41,2% au tir), 9,7 rebonds, 9,9 passes
Presque un triple double de moyenne ! On s'y attendait mais c'est désormais confirmé. Le départ de Kevin Durant aux Warriors a complètement libéré Russell Westbrook. Le meneur a maintenant les clés du jeu d'OKC. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a pris son rôle au pied de la lettre avec six victoires pour trois défaites. Au four et au moulin, Westbrook s'occupe de tout : du scoring, du rebond, de la distribution. Bien évidemment, fidèle à lui-même, il y a du déchet dans le jeu de Russ' : 5,4 ballons perdus et un pourcentage au tir inférieur à ses principaux concurrents. Mais c'est le joueur qu'on aime : une machine à triple-double (déjà trois en huit) capable de mettre un poster sur la tête des plus grands pivots de la ligue. Et rien que pour ça, il a tout d'un MVP. Attention malgré tout, OKC reste sur 4 défaites d’affilé ce qui pourrait lui jouer des tours dans cette course au meilleur joueur de la saison…
  • Damian Lilliard : 30,7 points (48,8% au tir), 5 rebonds, 4,6 passes
Le meneur des Blazers est en train de prendre une autre dimension. Son duo avec C.J McCollum avait fait des merveilles l'année dernière et permis à Portland d'accrocher des play-offs, chose inespérée après avoir perdu LaMarcus Aldridge ou Nicolas Batum. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Lilliard continue sur sa lancée et s'impose comme le leader de la jeunesse de l'Oregon et l'un des tous meilleurs meneurs de la ligue. Avec presque 31 points de moyenne et un bilan de 7 victoires pour 5 défaites (dont deux fois contre les Clippers et une fois contre les Warriors), « Dame » a tout pour décrocher une nouvelle sélection au All Star Game (sa troisième) et être un sérieux prétendant au titre de MVP. Pour cela, il lui faudra impérativement être encore dans la course au play-off voire même dans le Top 4 de la Conférence Ouest.
  • James Harden : 30,3 points (49,7% au tir), 8 rebonds, 12,6 passes
Le chef Harden est en train de faire monter la mayonnaise du côté de Houston. Repositionné comme meneur par Mike D’Antony, le gaucher s’éclate dans son nouveau rôle. Disposant des pleins pouvoirs, il gère le tempo de sa franchise à sa guise et va peut-être rentrer dans l’histoire de la NBA cette année s’il continue sur ses performances de début de saison. Terminer meilleur marqueur et meilleur passeur de la NBA dans la même année. Une sacrée performance puisqu’il faut remonter à Nate « Tiny » Archibald en 1973 pour trouver une trace d’un tel exploit. On attend avec impatience son double duel contre Russell Westbrook dans la nuit de mercredi à jeudi et contre Damian Lilliard (17 et 27 novembre)
  • LeBron James : 22,9 points (47,2% au tir), 8,9 rebonds, 9,1 passes
Les années passent et le King est toujours là. Cela fait maintenant 13 ans que LeBron James est arrivé en NBA et il semble plus fort que jamais. Moins dans le spectacle et plus dans le leadership, le MVP des dernières finales en a encore sous la semelle à 31 ans. Lui aussi tourne à presque qu’un triple double de moyenne, preuve qu’il faudra encore compter sur le Chosen One et sur les Cavs cette saison (9V-1D) cette saison. Sa performance contre Toronto et DeRozan, dans la nuit de mardi à mercredi, est là pour le démontrer (28 points, 9 rebonds, 14 passes).
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant