NBA: l'histoire extraordinaire de Jeremy Lin

le
0
JEREMY LIN, LA NOUVELLE ÉTOILE DE LA NBA
JEREMY LIN, LA NOUVELLE ÉTOILE DE LA NBA

par Steve Keating

TORONTO (Reuters) - Américain d'origine taïwanaise, Jeremy Lin est en train de devenir la dernière histoire extraordinaire de la NBA.

A 23 ans, le meneur de jeu des New York Knicks est devenu en l'espace de dix jours une star de la NBA, alors qu'il fréquentait surtout le banc de touche auparavant.

Mardi, Jeremy Lin a écrit un nouveau chapitre de sa légende naissante en NBA en portant les Knicks à une victoire 90-87 sur le parquet des Toronto Raptors grâce à un panier à trois points plein de sang-froid à une demi-seconde de la sirène.

Lin est désormais celui auquel les Knicks confient le ballon dans les dernières secondes d'un match. Il a inscrit les six derniers points de son équipe et a une nouvelle fois terminé meilleur marqueur du match avec 27 points, le tout agrémenté de 11 passes décisives.

Dans un basket américain où le hasard a peu sa place, le parcours de Jeremy Lin est parfaitement atypique.

L'étudiant de Harvard, l'université prestigieuse de Boston davantage connue pour "sortir" des présidents des Etats-Unis que des grands noms du basket, n'est pas issu de la draft et a essuyé plusieurs échecs avant d'arriver au sommet.

Récusé successivement par les Dallas Mavericks (les champions en titre), les Golden State Warriors de San Francisco et les Rockets de Houston, le jeune homme a fini par s'asseoir tout au bout du banc des Knicks en décembre dernier.

Début février, deux des stars de l'équipe, Carmelo Anthony et Amare Stoudemire, se blessent et Lin est lancé dans le grand bain.

UN MENTAL ÉNORME

L'Américano-taïwanais, au physique banal par rapport aux athlètes de la NBA mais au mental de fer, saisit immédiatement sa chance. Il enchaîne les excellents matches et les Knicks, auteurs d'un début de saison décevant, se remettent à gagner.

Pour le coach des Knicks, Mike D'Antoni, Jeremy Lin est promis à un avenir hors normes. "C'est un gamin dur au mal, mais ça on ne le sait que lorsqu'on le met sur le parquet. C'est un dur, avec un mental énorme."

Premier joueur d'origine taïwanaise à évoluer en NBA, Lin incarne idéalement la success story à l'américaine, celle du garçon boudé par les experts et qui s'impose à force de travail et de ténacité.

"Dans la vie, il faut avoir de la chance. Il a l'a eue et a su la saisir. Il y a beaucoup de joueurs de NBA qui en sont incapables", estime D'Antoni.

"C'est une histoire extraordinaire, il faut savoir l'apprécier et elle a des chances de durer", prédit-il.

En Asie, la "Linmania" s'est répandue aussi vite qu'aux Etats-Unis. Les agences de marketing se frottent les mains et voient dans Lin le successeur de Yao Ming, le géant chinois (2,29 mètres) qui a pris l'an dernier sa retraite sportive.

A New York, l'idolâtrie confine à l'hystérie. Les maillots des Knicks floqués du numéro 17 s'arrachent et Madison Square Garden Co, propriétaire de l'équipe, a vu son titre atteindre des hauteurs vertigineuses en Bourse.

Selon les spécialistes, Jeremy Lin a le potentiel pour devenir l'un des athlètes les plus marquants de l'histoire du sport en Amérique.

"C'est Tiger Woods avant le scandale. Je pense qu'il a tout pour lui. S'il peut continuer à briller en match, ses possibilités en dehors du parquet sont sans limite", juge Ronn Torossian, directeur général de 5W Public Relations, qui évoque aussi David Beckham et Michael Jordan.

"Mais il doit avant tout être un vainqueur. Si c'est le cas, je peux vous dire qu'on n'a jamais vu un phénomène pareil", ajoute-t-il.

Bertrand Boucey et Pascal Liétout pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant