Nazarbaïev sollicite un nouveau mandat présidentiel au Kazakhstan

le
0

par Raushan Nurshayeva ALMATY, 26 avril (Reuters) - Les électeurs kazakhs sont appelés aux urnes ce dimanche pour une élection présidentielle privée de suspense qui devrait selon toute vraisemblance reconduire Noursoultan Nazarbaïev pour un nouveau mandat de cinq ans. A 74 ans, le "Leader de la Nation", son titre officiel, dirige d'une main de fer l'ancienne république soviétique d'Asie centrale depuis son indépendance, en 1989. Il était alors le chef du Parti communiste. Il a face à lui deux adversaires, un fonctionnaire subalterne du PC et un ancien gouverneur régional qui lui est fidèle. L'ancien ouvrier sidérurgiste, qui a ouvert le pays à l'économie de marché et favorisé plus de 200 milliards de dollars d'investissements étrangers, a transformé cette nation des steppes en une économie robuste, la deuxième de l'ex-Union soviétique. C'est également le deuxième pays producteur de brut de l'ancien bloc, derrière la Russie. "J'ai confiance, les Kazakhs vont voter pour la stabilité de notre pays, pour soutenir la politique qui a mené notre pays aussi loin sous ma direction", a-t-il dit à la presse après avoir voté au bureau de vote n°81 du centre d'Astana. A 14h00 (08h00 GMT), sept heures après le début des opérations de vote, la participation était de 68,5%, a annoncé la commission centrale des élections. Les bureaux de vote devaient fermer à 20h00 (14h00 GMT). Le Parlement, dominé par ses partisans, a décidé en février d'organiser une élection présidentielle anticipée pour répondre à la "demande du peuple" et permettre aux Kazakhs de "faire bloc" derrière leur dirigeant au moment où le pays traverse des difficultés économiques. Présenté comme un facteur de stabilité dans une région particulièrement troublée, le Kazakhstan entretient d'excellentes relations avec Moscou et Pékin, mais aussi avec les Etats-Unis et l'Union européenne. Le régime de Nazarbaïev est toutefois fréquemment visé par les critiques d'organisations de défense des droits de l'homme qui lui reprochent de museler l'opposition. De fait, la plupart des personnalités ouvertement opposées au président kazakh ont été emprisonnées ou se sont exilées. "Il n'y a aujourd'hui pas de force unie capable de résister au régime. Nous ne prévoyons aucun rassemblement. Cette élection est un spectacle mis en scène et une bouffonnerie", a dit à Reuters l'opposant Amirzhan Kosanov, qui n'est pas allé voter. Nazarbaïev a répété à plusieurs reprises que le chantier de la réforme démocratique ne pourra être lancé avant que ne soit bâti un Etat fort capable de garantir la prospérité à sa population. A la précédente présidentielle, en 2011, il a été réélu avec 96% des voix, au terme d'un scrutin entaché d'irrégularités, selon l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Un résultat semblable est attendu dimanche. (avec Dmitry Solovyov; Nicolas Delame et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant