Navigation de plaisance : quelle assurance bateau souscrire ?

le
0

Contrairement à la conduite automobile, la navigation de plaisance n'exige pas d'assurance particulière. Mais, cette liberté a un revers : la réparation du moindre accident est à la charge totale du plaisancier. Alors un conseil : assurez-vous !

Comme en voiture ou à moto, les accidents en bateau peuvent être forts divers. Si les risques d'accident avec un autre bateau sont rares, ceux de panne ou de collisions (objet flottant) sont plus fréquents et potentiellement très dommageables. C'est pourquoi, une bonne assurance est indispensable.

L'assurance spéciale bateau

Les assurances bateau proposent de couvrir la responsabilité civile du navigateur: s'il endommage d'autres bateaux ou des installations portuaires, occasionne une pollution ou blesse quelqu'un.

Elles assurent aussi le navire lui-même avec ses accessoires et équipements d'origine. La garantie inclut souvent le matériel de sécurité réglementaire, les annexes, les moteurs et parfois même les vêtements de mer. Certains assureurs prennent en charge le matériel de pêche et de ski nautique perdus ou détruits durant un naufrage.

L'assurance «corps de navire»

C'est la dénomination de la garantie indemnisant la perte du bateau ou prenant en charge les réparations après une avarie. En général, c'est une assurance tous risques, à condition que la navigation ne soit pas professionnelle et que l'accident (on appelle cela «fortune de mer») soit fortuit. Les risques alors couverts sont: l'accident, la tempête, le naufrage, l'échouement, l'incendie, l'explosion, la foudre, mais aussi le vol, la tentative de vol, l'abordage, le vandalisme, au port et en mer, voire en hivernage s'il y a lieu. Le contrat doit aussi assurer les frais de «retirement», pour prendre le bateau en charge s'il est réduit à l'état d'épave et qu'il faut le sortir de l'eau.

Avarie: quel dépannage et assistance?

L'avarie en pleine navigation est le problème numéro 1 des plaisanciers. En conséquence, un bon contrat d'assurance bateau doit comporter une garantie dépannage depuis le quai jusqu'à au moins deux, voire six milles (environ 11 km) des côtes ou d'un abri. Et cela 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Et, la panne doit pouvoir être de toute nature: un problème de propulsion ou de manoeuvrabilité, une panne de carburant, la perte des clefs, un problème d'alimentation électrique…

Dans quel cas opter pour la garantie individuelle marine?

Ce volet du contrat d'assurance bateau est conçu pour indemniser les dommages corporels de l'assuré lui-même mais aussi de son équipage et de toute autre personne à bord. Le contrat peut, également, proposer une protection juridique en cas de litige avec un autre bateau ou au port, après un accident de navigation. Le contrat doit aussi prendre en compte, pour être optimal, l'entretien ou à la réparation du bateau.

Les tarifs auxquels vous allez être confrontés commencent à moins de 300 € l'année pour un petit voilier (responsabilité civile + assurance tous risques). Ils peuvent s'élever jusqu'à 1 500 € ou 2 000 € par an, voire plus en fonction de la nature du bateau et de l'étendue des garanties souhaitées.

En la matière, un courtier est indispensable pour choisir le contrat le mieux adapté, au meilleur tarif.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant