Naufrage en Méditerranée : les 367 survivants attendus en Sicile

le , mis à jour à 18:43
0
Naufrage en Méditerranée : les 367 survivants attendus en Sicile
Naufrage en Méditerranée : les 367 survivants attendus en Sicile

342 hommes, 12 femmes et 13 enfants : les 367 rescapés du naufrage d'un bateau de pêche surchargé mercredi au large des côtes libyennes sont attendus jeudi après-midi à Palerme, en Sicile. Vingt-cinq corps ont été repêchés après le drame, tandis que plus de 200 passagers sont toujours portés disparus. Dans la soirée de mercredi, six autres rescapés ayant besoin de soins médicaux urgents avaient été transportés par hélicoptère à Lampedusa, l'île italienne la plus proche des côtes africaines. Les recherches devaient se poursuivre toute la journée, jeudi.

VIDEO. Naufrage au large de la Libye: probablement plus de 200 disparus

Les gardes-côtes italiens ont par ailleurs indiqué jeudi matin sur Twitter avoir secouru tous les 381 migrants se trouvant sur une autre embarcation qui a ensuite coulé à 30 milles des côtes libyennes.

Cp904 #NaveFiorillo salva tutti i 381 #migranti su altro barcone poi affondato a 30 miglia dalle coste libiche pic.twitter.com/PVU5GzuGRS— Guardia Costiera (@guardiacostiera) 6 Août 2015

Sur Twitter, Manuel Valls a exprimé son émotion et appelé à un élan collectif : «Effroyable naufrage en Méditerranée. Nous sommes déterminés à trouver des solutions collectives pour relever cet immense défi», a tweeté le Premier ministre. En réponse à Marine Le Pen qui attribuait la responsabilité de la situation à «la classe politique française», Manuel Valls a répliqué mercredi que la solution «est d'abord européenne» : «Il faut une organisation de nos frontières. C'est vrai à Vintimille avec l'Italie. C'est vrai avec la Grande-Bretagne».

Effroyable naufrage en Méditerranée. Nous sommes déterminés à trouver des solutions collectives pour relever cet immense défi.— Manuel Valls (@manuelvalls) 6 Août 2015

«Une vision horrible»

VIDEO. Libye: les garde-côtes italiens viennent en aide aux naufragés

Mercredi matin, des migrants avaient lancé un appel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant