Naufrage de Lampedusa : Ayrault veut une réunion des responsables européens

le
0
Naufrage de Lampedusa : Ayrault veut une réunion des responsables européens
Naufrage de Lampedusa : Ayrault veut une réunion des responsables européens

Le naufrage d'un bateau de clandestins venu de Libye dans lequel environ 300 Africains ont péri jeudi dernier au large de l'île italienne de Lampedusa (au sud de la péninsule) ravive le débat sur la gestion de l'immigration en Europe. Pour le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, il est urgent que l'Union européenne prenne des mesures afin que ce genre de tragédie ne se reproduise plus.

«Au-delà du drame, de la tragédie, il est important que les responsables politiques européens en parlent, et vite, ensemble, a-t-il déclaré ce samedi en marge d'une visite à Metz (Moselle).

«C'est à eux de se réunir pour trouver la bonne réponse mais la compassion ne suffit pas (...) C'est un drame terrible, qui ne peut que soulever notre compassion, notre solidarité, mais au-delà des mots, je crois qu'il est important que l'Europe se préoccupe de cette situation particulièrement dramatique», a-t-il ajouté. «Qui peut rester insensible? J'ai été profondément touché, ému par les images que j'ai vues», a-t-il insisté, à l'heure où l'Erythrée et la Somalie, dont étaient originaires les victimes du naufrage, pleurent leurs morts.

Copé veut renforcer les contrôles aux frontières dans l'espace Schengen

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a lui aussi estimé qu'après «la tragédie» et la «catastrophe humanitaire épouvantable» de Lampedusa, «réformer Schengen» était devenu «une priorité absolue». «Ayons le courage de mettre sur la table la question de Schengen», a-t-il affirmé lors d'une réunion des cadres de son parti à Paris, ont rapporté plusieurs participants. Il a plaidé pour un durcissement de la législation et un renforcement des contrôles aux frontières. Ces migrants sont «pris en main par des filières mafieuses» et partent «dans des bateaux de fortune dont on n'assume même pas le départ du continent africain, pour arriver à quelques km des côtes italiennes, sur lesquelles il n'y a aucun ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant