Naufrage à Lampedusa : reprise des recherches des 200 disparus

le
0
Naufrage à Lampedusa : reprise des recherches des 200 disparus
Naufrage à Lampedusa : reprise des recherches des 200 disparus

Les recherches reprennent ce vendredi matin au large de l'île italienne de Lampedusa. Plus de 130 migrants y sont morts et environ 200 portés disparus après le naufrage jeudi de leur bateau. Selon les autorités, le navire parti de Libye transportait 450 à 500 migrants et seulement 150 environ ont été sauvés. Le bilan final pourrait être d'environ 300 morts, ce qui ferait de ce naufrage la pire tragédie de l'immigration de ces dernières années. «C'est une horreur, une horreur. Ils n'arrêtent pas d'apporter des corps», a déclaré la maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, dont l'île a dû se faire livrer des cercueils devant l'afflux de cadavres.

Le bateau gît, retourné, par 40 mètres de fond, à 0,3 mille nautique (550 m) des côtes. «Il y a encore plein de cadavres. On ne peut pas dire combien», a expliqué à la chaîne SkyTG24 l'un des sauveteurs, Giovanni de Gaetano. En surface, les recherches se sont poursuivies dans la nuit pour le cas où des corps flotteraient, mais «nous n'avons plus d'espoir de retrouver des survivants», a déclaré un membre de la Garde des finances, la police financière qui opère aussi dans le secteur.

Le skipper avait été expulsé d'Italie en avril

Rome a décrété vendredi «deuil national» et une minute de silence sera observée dans toutes les écoles ainsi qu'avant tous les matchs de football du championnat ce week-end. Le vice-Premier ministre, Angelino Alfano, dépêché sur place, a confirmé que le skipper du bateau avait été arrêté. «C'est un Tunisien de 35 ans qui avait été expulsé d'Italie en avril».

Les migrants, en majorité des Somaliens et Erythréens, étaient partis des côtes libyennes, depuis le port de Misrata. Le bateau de pêche a commencé à prendre l'eau et, «de peur qu'il ne coule, les migrants ont enflammé une couverture (NDLR : pour attirer l'attention), mais cela a provoqué un incendie, puis le navire a chaviré», selon Angelino Alfano.

Une survivante ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant