Naturel ou synthétique, qui est le plus écologique ?

le
0
Naturel ou synthétique, qui est le plus écologique ?
Naturel ou synthétique, qui est le plus écologique ?

Il y a les pros & cons. Ceux qui estiment le jeu plus rapide, ceux qui dénigrent le comportement du ballon, ceux qui ont peur des blessures et ceux qui veulent jouer en toute saison. Il y a aussi une terre à qui l'on ne demande pas souvent son avis. C'est ballot, c'est sur elle qu'on joue.

" Le synthétique, c'est de la merde. " L'analyse tout en finesse est signée du toujours mesuré Der Zakarian, à la veille d'aller croiser les crampons sur la pelouse du Moustoir de Lorient, en 2014. Il poursuit en précisant sa pensée : " C'est bien pour les gamins, pour les jeunes, mais pour le football de haut niveau, le synthétique, c'est de la merde. " Voilà situé le niveau de son jugement : celui des joueurs de football professionnels. En d'autres termes, une approche technique de la chose synthétique. Quid du point de vue écologique ? L'argument durable est souvent avancé, car difficile à contester dans un XXIe siècle qui se voudrait, enfin, respectueux de l'environnement. Les deux camps ont leurs partisans. Et ils fourbissent leurs armes.

Désinfection et brossage de terrain


Le premier duel se joue sur le terrain de l'entretien. Selon les amateurs et les vendeurs de synthétiques, ce dernier serait non seulement plus économique, mais aussi bien plus respectueux de l'environnement, car ne nécessitant quasiment aucun entretien. Là où la pelouse de papa demande tontes, arrosages, engrais, désherbants, voire chauffage et lumière artificielle en hiver – si papa est exigeant –, le synthétique reste stable. Marc de Golf Green City, qui réalise des surfaces synthétiques pour des golfs ou des terrains de foot, confirme l'idée : " Du point de vue de l'entretien, le synthétique est gagnant : pas de pesticide, pas d'engrais, pas d'eau. Pour un stade en naturel, avec une exigence de qualité élevée, les quantités utilisées sont énormes et les produits utilisés très spéciaux. "

Guillaume, des Gazons d'Île-de-France, signe ses mails " gazonnièrement vôtre " et a logiquement un autre point de vue : " Sur un bon naturel, le désherbant est passé une fois tous les 2, 3 ans. Alors que le synthétique, qui n'évacue pas naturellement des éléments comme les crachats, par exemple, nécessite une désinfection tous les 2, 3 mois. Le synthé' n'est pas tondu, mais il est balayé pour redresser les poils. Enfin, l'impact de l'engrais n'est pas énorme, quand le granulat de caoutchouc doit être renouvelé régulièrement. Au total, on peut considérer que l'impact est globalement identique sur les 2 surfaces. " Sylvain de Natural Grass, qui a breveté une technologie associant gazon naturel et substrat à base de fibres et de liège, donne une indication énergétique des nécessités d'entretien :…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant