Nature : une vraie réserve de vie sauvage

le
0
Nature : une vraie réserve de vie sauvage
Nature : une vraie réserve de vie sauvage

Véronne (Drôme) De notre correspondante

Sur ce territoire que traversent les loups et les lynx, on peut croiser une vingtaine d'espèces d'orchidées et tenter d'apercevoir des traces de cerfs, de chamois, de renards et de blaireaux. La première réserve privée de vie sauvage en France est inaugurée aujourd'hui, avec la complicité de Jacques Perrin, dans le massif du Grand Barry sur les contreforts du Vercors, dans la Drôme. Le réalisateur-producteur de « Microcosmos » ou d'« Océans » a accepté d'être le parrain de ce nouveau type de réserve où il est interdit de chasser mais surtout pas de se promener.

L'Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) a déboursé 150 000 ? voilà deux ans pour acquérir ces 105 ha de versants calcaires ombragés grimpant jusqu'à 1 100 m au-dessus de la rivière Drôme. « Nous puisons nos rêves dans la nature indomptée et rebelle », prétend le cinéaste, revenu d'une séance de tournage pour « les Saisons » qui sortira fin 2015. Une invite à contempler la liberté de la nature pour les visiteurs qui emprunteront une piste cahotante et peu carrossable l'hiver, afin de découvrir cet espace préservé le long d'un sentier préexistant pour une promenade d'une heure trente.

Pas de barrière, aucune clôture, un balisage malgré tout afin que les randonneurs ne s'égarent pas entre les chênes pubescents, buis, pins sylvestres ou les plus rares genévriers thurifères. Ceux qui lèveront la tête auront le plaisir inattendu de suivre les vols d'aigles royaux ou de faucons pèlerins et parfois de vautours fauves ou moines.

Les visiteurs pourront y évoluer à pied librement, sans rien cueillir, ni y faire de feu, sans rien jeter... avec s'ils le veulent un chien en laisse. « Nous avons formé des guides assermentés qui pourront verbaliser les contrevenants, randonneurs ou braconniers », explique le président de l'Aspas. Pierre Athanaze insiste : « Nous ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant