Natixis GAM n'attend pas de miracle au second semestre

le
0

(AOF) - "Le second semestre a toutes les chances de rester englué dans une croissance faible comme l'a été le premier, tandis que la victoire du Brexit au Royaume-Uni ne fait que rajouter une couche d'incertitudes dans un environnement déjà morose". Pour David Lafferty, Chief Market Strategist pour Natixis Global Asset Management, les facteurs pesant sur l'économie mondiale - pressions démographiques, faible dynamique sur le marché de l'emploi, faible productivité et endettement élevé - ne devraient pas vraiment évoluer au cours des prochains mois.

S'il ne croit pas au scénario d'une récession mondiale en raison du Brexit, le gérant concède tout de même que ce risque ne peut être totalement évacué. En revanche, David Lafferty (Natixis GAM) a bien plus de certitudes concernant la volatilité qui va sans doute continuer à peser sur les marchés, rappelant que la proximité de la présidentielle américaine et la confusion sur les actions des banques centrales vont s'ajouter aux facteurs déjà en place.

En termes d'allocation d'actifs, le Chief Market Strategist de Natixis Global Asset Management estime que "les Etats-Unis offrent les meilleures opportunités mais l'Europe et le Japon proposent des valorisations plus attractives".

Natixis GAM souligne que les financières et les valeurs technologiques sont peu chères mais que les utilities et les valeurs liées à la grande consommation sont bien plus élevées. Enfin, "nous pensons que les investisseurs ont pleinement intégré les mauvaises nouvelles concernant les marchés émergents (...) Le risque lié au dollar fort s'est estompé donc la classe d'actifs parait attractive pour les investisseurs à long terme", explique David Lafferty.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant