Natixis-Dividende et résultats meilleurs que prévu, M&A aux USA

le
0
    * La banque rassure sur son exposition à l'énergie 
    * La stratégie "asset light" confirmée 
    * Nouvelle direction des risques/conformité 
 
 (actualisé avec conférence téléphonique) 
    par Julien Ponthus 
    PARIS, 10 février (Reuters) - Natixis  CNAT.PA  a annoncé 
mercredi des résultats meilleurs que prévu au quatrième 
trimestre 2015, une performance dont la banque d'affaires du 
mutualiste BPCE profite notamment pour reverser un dividende 
généreux et poursuivre son développement dans le conseil en 
fusions-acquisitions avec le rachat d'une "boutique" américaine. 
    "Le projet d'acquisition d'une participation dans la société 
Peter J. Solomon (PJS) à hauteur de 51% va permettre le 
renforcement des activités M&A aux États-Unis", explique dans un 
communiqué la banque, qui entend continuer à développer sa 
stratégie "asset light", soit des activités peu gourmandes en 
capital.  
    BPCE s'est déjà renforcé au cours de l'année 2015 dans le 
conseil et les métiers de la gestion d'actifs rémunérateurs en 
commissions et où les risques sont par définition plutôt 
supportés par les clients.  
    Porté notamment par l'activité épargne et assurance, le 
résultat net par du groupe pour les trois derniers mois de 2015 
s'élève à 316 millions d'euros contre un consensus établi par 
Reuters à 311 millions d'euros. Le produit net bancaire, à 2,249 
milliards d'euros, dépasse largement les 2,084 milliards d'euros 
attendu.  
    Alors que le dividende 2015 était attendu par les mêmes 
analystes à 0,29 euro par action, la banque proposera à ses 
actionnaires 0,25 euro de dividende ordinaire et 0,10 euro sous 
la forme d'un dividende exceptionnel.  
    La publication des résultats annuels de Natixis intervient 
dans un contexte de grande nervosité des marchés financiers par 
rapport aux valeurs bancaires, plombées par les inquiétudes sur 
la chute des prix du pétrole, le ralentissement économique des 
pays émergents et l'incertitude sur les politiques monétaires 
des Etats-Unis, du Japon ou de la zone euro. 
    L'action Natixis a profité mercredi d'un rebond généralisé 
du secteur financier pour terminer la séance en hausse de 6,24% 
à 4,10 euros après avoir perdu près d'un quart de sa valeur 
depuis début 2016.  
    Le directeur général de Natixis, Laurent Mignon, s'est voulu 
rassurant sur le front de l'énergie alors que selon des données 
Datastream, les banques européennes ont vu leur capitalisation 
boursière fondre de 269 milliards d'euros entre le début de 
l'année et mardi 9 février.  
     
    NATIXIS VEUT RASSURER SUR L'ENERGIE 
    "Nous ne faisons ce métier que de façon extrêmement 
sécurisée", a-t-il dit lors d'une conférence téléphonique, 
insistant sur la qualité des contreparties de Natixis, qui n'a 
pour l'heure aucune intention de revoir à la hausse ses 
prévisions de coûts de risque. 
    Le patron de BPCE, François Pérol, a fait valoir que la 
structure financière du groupe mutualiste était incomparablement 
plus solide que lors de sa création en 2009 en pleine crise 
financière.  
    "Nos fonds propres durs ont plus que doublé", a-t-il 
rappelé, alors que le ratio Common Equity Tier 1 pour l'ensemble 
du groupe s'établit fin 2015 à 13,2%, soit une hausse de 120 
points de base sur un an.  
    BPCE a annoncé un  résultat net part du groupe publié en 
progression de 11,6 % à 3,2 milliards d'euros. 
    Ces résultats et le renforcement des fonds propres 
"permettent au groupe BPCE de se doter d'une marge de manoeuvre 
stratégique renforcée alors que le groupe doit accélérer sa 
transformation digitale dans un contexte où les taux très bas 
continueront à peser sur la marge nette d'intérêt", a commenté 
François Pérol.  
    Ce dernier, dont le mandat a été renouvelé par anticipation 
en novembre  ID:nL8N12Z3ZL , a prévenu que l'environnement de 
taux bas continuerait à rogner les marges jusqu'en 2017 au 
moins.     
    Confronté, comme l'ensemble de ses pairs, à une régulation 
de plus en plus exigeante, BPCE a par ailleurs annoncé la 
nomination d'un nouveau directeur général adjoint en charge des 
fonctions risques, conformité, sécurité et révision finances. 
    "Jacques Beyssade aura pour mission, d'ici fin juin 2016, de 
créer et de diriger la future direction des risques, de la 
conformité et des contrôles permanents (DRCCP), après avis des 
instances représentatives du personnel", a précisé le groupe.  
     
    Le communiqué de BPCE:  
    http://bit.ly/1KFFRts 
     
    Le communiqué de Natixis:  
    http://bit.ly/1PD3ZtI    
 
 (Edité par Matthieu Protard) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant