Natixis AM sous-pondère les actions japonaises face à l'impasse de la politique monétaire

le
0

(AOF) - Natixis AM a maintenu sa sous-pondération des actions japonaises dans son portefeuille global multi-actifs. "Le dysfonctionnement du marché des JGB et les craintes d’une extinction du QQE dès mi-2017 devraient maintenir une forte volatilité sur les actions et les taux longs japonais", explique Raphaël Gallardo, stratégiste en investissement et Solutions clients chez NAM.

Alors que la Banque du Japon, qui tient sa réunion de politique monétaire ce jeudi, était déjà confrontée à un risque de pénurie de titres achetables dans le cadre de son QQE, la mise en place de taux négatifs a renforcé le problème.

Qualifiant de "brouillonne" cette réaction de la BoJ, soucieuse de "contrer l'appréciation du yen" après que la Fed ait lancé son resserrement monétaire, Raphaël Gallardo décrypte : "l'anticipation d'une pénurie d'offre de JGB, dans un contexte où les dépôts bancaires risquent de passer en territoire négatif, fait que les investisseurs non-bancaires refusent de se séparer de leurs titres souverains, quel qu'en soit le prix offert par la BoJ. Pour des raisons d'adossement de passifs longs, de préservation du capital, et de limitation du risque de contrepartie (qui est non-nul dans le cas d'un dépôt bancaire), les institutionnels affichent désormais une "défiance pour la liquidité", sorte de "trappe obligataire" qui rend encore plus difficile les objectifs d'achat du QQE de la BoJ."

Pour éviter de se perdre lors de cette "ballade de l'impossible", titre donné par le stratégiste de Natixis AM à son commentaire de marché, la Boj pourrait être contrainte de prendre de nouvelles mesures de stimulation. Mais surtout, cette situation pourrait forcer le gouvernement japonais à prendre ses responsabilités en lançant des réformes structurelles et en prenant des mesures de stimulation budgétaire.

"Il faudrait d'abord que le gouvernement accepte de poser clairement les termes du débat, au lieu de procéder masqué en assignant à la banque centrale des objectifs quasi-budgétaires, dans une confusion des genres qui affaiblit les institutions de la démocratie et du capitalisme japonais", conclut Raphaël Gallardo chez NAM.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant