Natixis AM privilégie prudemment les actions

le
0
(NEWSManagers.com) -
" Les gérants obligataires se doivent dans le contexte présent d'élargir leur univers traditionnel en incluant le crédit investment grade, le haut rendement, la dette émergente et les devises" , a estimé mercredi lors d'un séminaire Brigitte Le Bris, directeur des taux internationaux et des devises chez Natixis Asset Management. Autrement dit, il serait judicieux de faire sauter les cloisons au sein de la gestion obligataire pour tirer le meilleur parti de la nouvelle donne macro-économique et des marchés.

Pour sa part, Wilfrid Pham, directeur de la gestion actions, a tenu à souligner que la faible croissance économique n'implique pas de mauvaises performances boursières, d'autant que les résultats 2010 sont supérieurs aux prévisions et que les bilans des entreprises sont sains. Bien entendu, cela ne dispense pas de différencier les zones géographiques et d'être sélectif dans l'évaluation à la fois des pays et des entreprises. Il convient aussi de saisir les chances de performance par l'analyse des rotations de styles d'investissement. " Comme il y a beaucoup de volatilité, il faut être très souple pour pouvoir capturer la performance" , ajoute Wilfrid Pham.

Opérant la synthèse des préconisations de Natixis AM, Frank Nicolas, directeur de l'allocation globale et ALM, considère en matière de taux qu'il faut sous-pondérer les obligations souveraines à court terme, mais surpondérer les indexées, le crédit, le haut rendement, la titrisation et les convertibles.

Pour les actions, il conseille de privilégier l'Europe, surtout les défensives, les valeurs de croissance et les petites capitalisations, mais aussi les valeurs américaines, les actions de pays émergents et les " nouvelles frontières" . Dans la classe alternative, il privilégie le pétrole et les métaux industriels et dans les devises la livre et le franc suisse.

Au total, pour le portefeuille équilibré, Natixis AM surpondère légèrement les actions, notamment de la zone euro, compte tenu du risque devise, avec une allocation à 55 %. Dans la poche taux, le gestionnaire privilégie le crédit, qui pèse actuellement un tiers des 45 % alloués à l'obligataire. Témoignage de cette confiance dans la classe actions, ce type de valeurs représente actuellement 20 % des portefeuilles de performance absolue, " ce qui est élevé" , insiste Franck Nicolas.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant