Natixis AM : La reprise des marchés mondiaux suscite un regain d'optimisme chez les investisseurs particuliers français

le
0

Natixis Global Asset Management publie aujourd'hui les résultats de son étude annuelle menée auprès d'investisseurs particuliers au niveau mondial ayant un patrimoine net investissable égal ou supérieur à 143 000 euros*. Réalisée auprès d'un panel de 5 950 investisseurs, dont 500 français, l'étude couvre 14 pays d'Asie, d'Europe, des Amériques et du Moyen-Orient, ayant répondu à un questionnaire en ligne en mars 2014.

Avec un regain de confiance, les investisseurs sont pourtant partagés entre croissance des actifs et protection du capital.

Les investisseurs internationaux sont plus optimistes cette année, 37 % déclarant que leur situation financière est meilleure qu'il y a 12 mois. Cette tendance se retrouve également en France, la proportion des investisseurs estimant leur situation financière en amélioration au cours des 12 derniers mois étant passée de 15 % en 2013 à 25 % cette année. Le regain d'optimisme général se reflète également dans le recul des incertitudes sur le plan économique et politique au niveau mondial. Seuls 30 % des investisseurs français se disent préoccupés à ce sujet, contre 57 % il y a un an. La proportion des investisseurs se déclarant très préoccupés par la question de la dette européenne a chuté de 63 % à 35 %. De même, les craintes des investisseurs relatives à la situation financière de leur pays ont reculé, passant de 60 % à 26 %.

« En termes de perspectives, l'année à venir est perçue de manière plus positive par les investisseurs français : 29 % prévoient une amélioration de leur situation financière dans les 12 mois, contre 19 % l'an passé », note Christophe Point, Directeur de NGAM distribution France.


Le moral reste entamé, depuis 2008, par la volatilité des marchés, notamment en Europe où 71 % des investisseurs (contre 68 % l'an passé) déclarent vouloir prendre un minimum de risques, même si cela signifie sacrifier les rendements. Cette situation évolue progressivement, mais elle ne déclenche pas une prise de risque supplémentaire permettant d'atteindre les objectifs de financement de la retraite.

En France, 73 % des investisseurs ont déclaré qu'ils prendraient un risque d'investissement minimal, et 80 % qu'ils privilégieraient la sécurité par rapport à la performance s'ils étaient contraints de choisir. Cependant, 56 % d'entre eux déclarent que l'augmentation des actifs constitue une priorité croissante par rapport au principe de protection du capital. Au total, ils sont 76 % à se dire partagés entre la recherche de rendements et la préservation du capital.

Plus d'infos sur http://ngam.natixis.com 


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant