Nationalisations : Jean-Marc Ayrault referme la parenthèse

le
0
Le premier ministre a été clair : pas question de ressortir le principe de la nationalisation à chaque fois qu'une entreprise se trouvera dans une situation périlleuse.

La nationalisation, c'était le scénario privilégié des salariés de Florange. Ce n'est in fine pas celui retenu par le gouvernement. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, l'avait brandi comme une menace pour faire pression sur les négociations - et avait même largement décrit le processus aux salariés. Mais, au sommet de l'État, on a cherché toutes les issues pour l'éviter. C'est donc «au vu des engagements obtenus de Lakshmi Mittal», a expliqué hier soir Jean-Marc Ayrault, que le scénario de la nationalisation a été remis dans un tiroir. Le premier ministre a été clair: la situation à Florange ne nécessitait pas ce qu'il appelle lui-même «une expropriation pour nécessité publique».

Le premier ministre a indiqué qu'une telle démarche pouvait se justifier «dans des circo...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant