Natation: Yannick Agnel rejoint l'entraîneur de Michael Phelps

le
0
YANNICK AGNEL CONFIRME SON DÉPART POUR LES ÉTATS-UNIS
YANNICK AGNEL CONFIRME SON DÉPART POUR LES ÉTATS-UNIS

par Chrystel Boulet-Euchin

RUEIL-MALMAISON, Hauts-de-Seine (Reuters) - Le champion olympique du 200m nage libre, Yannick Agnel, a confirmé mardi son départ aux Etats-Unis où il va travailler avec Bob Bowman, ancien entraîneur du nageur le plus titré de l'histoire, Michael Phelps.

Le nageur de 20 ans, qui avait initialement décidé de s'accorder une pause malgré l'imminence des championnats du monde, cet été à Barcelone, quitte donc Nice, où il a construit ses succès aux côtés de Fabrice Pellerin.

"C'est un nouveau projet, tant sur le plan sportif qu'humain, qui ira au moins jusqu'(aux Jeux olympiques de 2016) à Rio", a dit Yannick Agnel lors d'une conférence de presse à Rueil-Malmaison, près de Paris.

"Mercredi dernier, je me suis dit 'Pourquoi pas les Etats-Unis ?' Bowman est apparu comme une évidence", a ajouté l'homme qui avait conclu victorieusement pour la France le relais 4x100 nage libre aux Jeux de Londres.

La nouvelle de sa collaboration avec Bob Bowman avait été rapportée dans la presse. Bowman, qui dirige le club de Baltimore (Maryland), est connu pour avoir façonné Michael Phelps, l'homme aux 18 titres olympiques et 26 titres mondiaux.

Yannick Agnel, qui avait mis la natation entre parenthèses quelque temps, a expliqué son choix par un besoin de changer de méthode de travail mais aussi de fonctionnement au jour le jour.

"Avec Fabrice, on arrivait au point de non-retour (...) Ce qui manquait sur Nice, c'est la chaleur humaine, le partage, que Fabrice a toujours souhaité élaguer", a-t-il dit. "Je ne le lui reproche pas mais j'avais envie de fonctionner d'une autre manière."

"Ce projet n'est pas évident mais je pars pour travailler autrement, avec un entraîneur au plus haut niveau. Ça peut ne pas marcher mais si je n'essaye pas, je ne saurai jamais."

BOWMAN A CRU À UNE BLAGUE

S'il n'a pas nagé récemment, le chef de file de la natation française a assuré qu'il ne manquerait pas à ses devoirs lors des Mondiaux de Barcelone, prévus du 19 juillet au 4 août.

"Je n'oublie pas la France. La preuve, je serai présent sur les relais", a dit Yannick Agnel, dont le palmarès est encore vierge de titres mondiaux. Il a en revanche confirmé qu'il ne disputerait "probablement pas" les courses individuelles.

Avant de se relancer ensuite et sans se limiter au 200m, sa distance de prédilection: "J'ai toujours pensé que c'était possible de performer sur plusieurs distances", a précisé le Français qui n'exclut pas non plus de s'exercer à d'autres disciplines que le crawl.

Tout s'est donc décidé très vite, moins de trois semaines, et ce, avec l'accord de la Fédération française de natation, très vite informée et qui a réussi à convaincre Agnel de disputer les relais en Espagne, via son directeur technique national, Lionel Horter.

"Je suis vraiment ravi qu'il (Bowman) ait accepté ce projet, je suis ravi de connaître ce personnage. Je n'ai pas été déçu, c'est quelqu'un de très simple, très humble", a-t-il dit.

"Je l'ai contacté par Twitter et il m'a dit avoir cru à une blague. Il a su que ce n'était pas une blague quand il a été contacté par un journaliste de l'Equipe."

"PAS DE SYNDROME POST-OLYMPIQUE"

"Une des premières questions de Bowman a été de savoir sur quelles distances je voulais performer. C'est le 200 mais je ferai aussi 100 et pourquoi pas 400. Autant dire que je vais bouffer de la nage", a dit Agnel, avant de parler de l'après-JO.

"Je ne pense pas que ce soit un syndrome post-olympique de dépression. (...) Chacun son histoire", a-t-il tranché.

Le nageur a également indiqué qu'il ne comptait pas arrêter ses études et qu'il était en train de mettre sur pied un projet avec Sciences Po, où il est étudiant.

En résumé, il s'est montré optimiste sur son avenir.

"Aujourd'hui, je suis entre le soulagement et la concentration sur ce que je vais faire dans la période à venir. J'ai envie de me remettre à l'eau", a-t-il assuré.

Pour l'heure, il ne sait cependant pas comment il va retrouver les bassins. Aux Etats-Unis ou en France ? La question reste en suspens et toutes les solutions envisagées.

Et à propos d'un éventuel retour de Phelps à la compétition pour Rio - une rumeur qui enfle - qui le verrait s'entraîner avec Bowman, également "head coach" de l'équipe des Etats-Unis ? "Ce serait un honneur", a répondu Yannick Agnel qui se souvient avec plaisir de l'accolade de l'Américain à l'issue du relais 4x200 où la France a terminé deuxième derrière les Etats-Unis.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant