Natation : la France championne du monde du relais 4 X 100 m

le , mis à jour à 20:16
0
Natation : la France championne du monde du relais 4 X 100 m
Natation : la France championne du monde du relais 4 X 100 m

Incroyables Français! Florent Manaudou, Mehdy Metella, Fabien Gilot et Jeremy Stravius ont conservé leur titre de champion du monde ce dimanche à Kazan. Vainqueurs de la finale en 3"10'74, les nageurs français ont surclassé les Russes.

C'est Mehdy Metella qui ouvre le bal : un très bon départ, une superbe coulée, et un deuxième 50m impressionnant. Il bat son record personnel et passe le relais en deuxième position à la star de la natation française, Florent Manaudou. Le deuxième relais est dominé par le Français qui donne tout et repasse en première position. Puis c'est au tour de Fabien Gilot, à ce moment de la course la France et la Russie ont distancé tout le monde. Le duel est intense, Vladimir Morozov revient. Fabien Gilot tient bon. Il termine son relais en première position. Jeremy Stravius, le champion de France du 100m, n'a plus qu'à terminer le travail, et il le fait de belle manière, distançant finalement la Russie, comme pour montrer que face aux Français, il ne peut pas y avoir de concurrence.

La ferveur du public russe de Kazan n'a donc pas suffit à faire chavirer les Français. Florent Manaudou et ses comparses avaient déjà pu constater en séries toute la clameur qui entoure les nageurs russes. «On s'est servi de ce bruit pour en faire un avantage pour nous», confiait Manaudou après la course.

Fabien Gilot : « On nageait contre 20 000 personnes»

 

Au terme d'une course royale, les Bleus (Metella, Manaudou, Gilot et Stravius) ont conservé leur titre de champions du monde du 4x100m nage libre. Pour Fabien Gilot, 31 ans, 3e relayeur, c'est la 12e médaille internationale dans l'épreuve ! Le Nordiste du CN Marseille (à gauche), âme du relais tricolore, ne se lasse pas du métal doré...

Vous avez failli anticiper votre départ (NDLR: temps de réaction de 0'00 sur sa prise de relais)...

Fabien Gilot : Il n'est pas anticipé (sourire). Il est pile comme je fais d'habitude. Mais Florent (NDLR: ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant