Natation: Frédéric Bousquet a attendu, pas Ruta Meilutyte

le
0
CÉSAR CIELO CONSERVE L'OR MONDIAL DU 50M PAPILLON, FRÉDÉRICK BOUSQUET DÉCROCHE LE BRONZE
CÉSAR CIELO CONSERVE L'OR MONDIAL DU 50M PAPILLON, FRÉDÉRICK BOUSQUET DÉCROCHE LE BRONZE

par Iain Rogers

BARCELONE (Reuters) - Patient, Frédéric Bousquet a attendu les Mondiaux de natation de Barcelone, quatre ans après sa dernière médaille, pour tutoyer à nouveau les sommets. Pressée, l'adolescente lituanienne Ruta Meilutyte a battu à 16 ans un record du monde.

Le Français, qui a deux fois l'âge de sa jeune consoeur, a fini troisième du 50 mètres papillon en 23"11 -moins bien qu'en demi-finale- derrière le Brésilien César Cielo et l'Américain Eugene Godsoe.

César Cielo, au bord des larmes au moment où a retenti l'hymne brésilien dans le Palau Sant Jordi, est ainsi devenu le deuxième homme de l'histoire à conserver son titre mondial dans cette épreuve non olympique.

Pour Frédérick Bousquet, la première médaille mondiale date de l'édition 2003, déjà à Barcelone, lorsqu'il avait pris le bronze avec le relais 4x100 m nage libre.

Les trois dernières remontaient aux Mondiaux de Rome en 2009, son séjour à Shanghai en 2011 s'étant soldé par une quatrième place au 50 m papillon et une élimination dès les séries au 50 m nage libre.

Cette fois-ci, il a fini un dixième devant le quatrième, le Brésilien Nicholas Santos, seul autre trentenaire parmi les huit finalistes.

Les éliminations précoces du Sud-Africain Roland Schoeman, champion du monde en 2005 et 2007, ainsi que de l'Espagnol Rafael Munoz, détenteur du record du monde, avaient dégagé l'horizon des candidats au podium.

"Cette course, tout le monde pouvait la gagner et tout le monde pouvait la perdre", a estimé au micro de France 2 Frédérick Bousquet qui espérait mieux compte tenu du scénario de la course.

"Je loupe complètement mon arrivée donc je suis un peu déçu d'être troisième. Je pense qu'avec une arrivée correcte et mieux préparée j'aurais pu passer devant", a-t-il expliqué.

Son compatriote Florent Manaudou est en revanche passé plus loin du Graal puisqu'il a fini huitième et dernier malgré un bon départ.

UN RÊVE D'ADOLESCENTE ACCOMPLI

Ses collègues du relais 4x100 m nage libre ont connu un peu plus de réussite au lendemain de leur sacre inattendu. Jérémy Stravius s'est qualifié pour la finale du 100m dos, tout comme Camille Lacourt et Yannick Agnel pour celle du 200m nage libre.

Ruta Meilutyte a elle aussi réussi sa demi-finale du 100 mètres brasse, à double titre: elle a obtenu sa place pour la finale et, surtout, elle a battu le record du monde de la distance.

Pour un dixième de seconde, la championne olympique de Londres a effacé le précédent temps de référence (1'04"45) détenu depuis août 2009 par l'Américaine Jessica Hardy.

La jeune nageuse, avait déjà frôlé ce précédent record lors de sa série bouclée dans la matinée en 1'04"52. En demie, elle a accéléré dans la dernière longueur, juste assez pour faire tomber le premier record des Mondiaux de Barcelone.

Elle a ainsi accompli "l'un de ses rêves" et n'attend plus un éventuel titre que comme "une cerise sur le gâteau".

Jusqu'à présent, jamais la Lituanie n'a ramené l'or de championnats du monde de natation. Jusqu'à mardi soir?

La Suède et la Hongrie ont gagné leur premier titre cette année, respectivement grâce à Sarah Sjöström sur 100 m papillon et Katinka Hosszu sur 200 mètres quatre nages.

Chez les hommes, l'Australien Christian Sprenger, vice-champion olympique du 100m brasse, a pris en Catalogne sa revanche sur le Sud-Africain Cameron Van Der Burgh, qui l'avait privé du sacre il y a un an en Angleterre.

Simon Carraud pour le service français, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant