Natation: des championnats de France exigeants et couperets

le
0
FLORENT MANAUDOU, PROMETTEUR AUX CHAMPIONNATS DE FRANCE DE NATATION
FLORENT MANAUDOU, PROMETTEUR AUX CHAMPIONNATS DE FRANCE DE NATATION

par Chrystel Boulet-Euchin

DUNKERQUE, Nord (Reuters) - Des têtes sont tombées, d'autres ont émergé mais l'ambiance était globalement à la satisfaction dimanche, à Dunkerque, où se sont achevés les championnats de France de natation, qualificatifs pour les Jeux olympiques de Londres.

Vingt-neuf qualifiés, dont 15 en individuel: le bilan est à la hauteur des espérances, même s'il est en deçà de celui qui avait conduit 33 nageurs à Pékin.

"C'est une réelle satisfaction", a dit Francis Luyce, le président de la Fédération française de natation (FFN) qui avait visé un peu plus haut - entre 30 et 35 nageurs - avant le début de la compétition.

"Il y a un potentiel de 8 à 10 médailles", a-t-il ajouté.

Un pronostic sur lequel Christian Donzé, le directeur technique national, ne s'est pas avancé, soulignant plutôt l'extrême exigence de ces championnats qualificatifs pour Londres.

"Il y avait une exigence, d'abord au niveau des performances chronométriques", a-t-il dit, rappelant qu'à Athènes, aux Jeux de 2004, la délégation était de 23 nageurs, de 33 à quatre ans plus tard à Pékin et de 21, l'an passé, aux Mondiaux de Shanghai.

"On a une ossature solide autour de 25", a ajouté le DTN qui avait annoncé avant la compétition tabler sur 28 places dans l'Eurostar.

"FLORENT MANAUDOU EST PROMETTEUR"

Christian Donzé a salué les retours au plus haut niveau de Laure Manaudou, championne olympique en 2004 à Athènes sur 400m et sélectionnée cette fois sur 100 et 200m dos, et d'Amaury Leveaux qui disputera à Londres les 50, 200m nage libre, et les relais 4x100 et 4x200.

Il a naturellement regretté le fait que deux autres ténors du sprint français, Frédérick Bousquet et Alain Bernard, n'aient pas décroché leur billet en individuel.

Si Alain Bernard, champion olympique du 100m il y a quatre ans à Pékin, sera cependant du voyage au titre du relais, Bousquet - compagnon de Laure Manaudou - n'ira pas à Londres, son jeune beau-frère Florent lui ayant grillé la politesse en terminant deuxième du 50m, samedi, derrière Leveaux.

"Ces championnats sont marqués par le retour de Laure et Amaury aussi, que l'on attendait pas forcément à ce niveau-là. Il y a les Camille, au pluriel, (Lacourt chez les hommes, Muffat chez les femmes, NDLR) et Yannick Agnel", a égrené Donzé, laissant ainsi à penser quel nageur ou nageuse il voyait potentiellement monter sur un podium à Londres.

"Florent Manaudou est prometteur également. Puis il y a des déceptions, sportives d'abord avec Fred' Bousquet et Jérémy Stravius sur 100m dos... Quant à Alain Bernard, on a vécu avec lui hier (samedi) un moment magique."

Interrogé sur la sévère politique de minimas instaurée par la FFN, Christian Donzé s'est montré inflexible.

"Les quotas sont faits pour optimiser l'équipe de France. Les règles sont faites pour être respectées. Pour les nageurs français, il y a la réussite comme moteur et la détermination pour conviction", s'est-il défendu.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant