Natation: Camille Lacourt veut "marquer des points"

le
0
CAMILLE LACOURT VEUT "MARQUER DES POINTS" À DUNKERQUE
CAMILLE LACOURT VEUT "MARQUER DES POINTS" À DUNKERQUE

par Chrystel Boulet-Euchin

DUNKERQUE, Nord (Reuters) - Camille Lacourt, qui partage le titre de champion du monde du 100 m dos avec son compatriote Jérémy Stravius, veut "marquer des points" et les esprits lors des championnats de France où il fera ses débuts lundi, à la piscine Paul-Asseman de Dunkerque.

Le nageur va, de son propre aveu, débuter la compétition de façon plutôt détendue même si cette dernière décidera de sa participation ou non aux Jeux olympiques de Londres, l'été prochain.

"Je ne suis pas totalement relax mais plus détendu que d'autres et concentré", a-t-il dit d'emblée lors d'une conférence de presse organisée samedi à Dunkerque.

"Je garde d'horribles souvenirs des précédentes qualifications olympiques. Il y a quatre ans, j'étais blessé. Là, j'arrive avec un tout autre état d'esprit."

Et un tout autre palmarès puisque le pensionnaire du Cercle des nageurs de Marseille est devenu en juillet dernier champion du monde de la distance à Shanghai, où il a également glané une médaille d'argent sur 50 m dos.

Camille Lacourt, qui aura 27 ans le mois prochain, veut donc frapper un grand coup dans le Nord où seuls les deux premiers des finales décrocheront leur billet pour le rendez-vous suprême du sport, à Londres.

"PAS MORT D'HOMME S'IL Y A ÉCHEC"

"Il me tarde vraiment d'y être (à lundi). Je pense avoir une marge mais il faut vraiment rester concentré. C'est important de terminer premier car c'est important de marquer des points, contre Jérémy (Stravius) ou d'autres, comme à chaque fois qu'on se rencontre", affirme l'étudiant en management des organisations sportives.

S'il est passionné par les bassins et la compétition, Camille Lacourt puise sa relative décontraction dans un certain détachement par rapport à la performance.

"Même si la natation est une grande partie de notre vie, il n'y a pas mort d'homme s'il y a échec. C'est un hobby, il faut s'amuser. Cette notion de plaisir, je l'avais un peu perdue l'année dernière", avoue-t-il.

"Mais entre l'année dernière et cette année, j'ai l'impression d'avoir pris beaucoup de maturité. Je suis un peu stressé à l'intérieur mais je ne vois pas ce qui, sur cette compétition, pourrait me déstabiliser."

L'idée, peut-être, de devoir à partir de lundi aller chercher un billet pour les Jeux olympiques auxquels il n'a jamais participé.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant