Natation: Aurélie Muller, bijou lorrain

le
0
Natation: Aurélie Muller, bijou lorrain
Natation: Aurélie Muller, bijou lorrain

Ce mercredi matin, la Lorraine s’est réveillée avec une nouvelle star. A 3500 km de chez elle, à Kazan (Russie), Aurélie Muller, tout juste 25 ans, a remporté le 10 km en eau libre aux championnats du monde. Elle s’offre un billet pour les Jeux 2016 à Rio, et à la France le premier titre à ce niveau dans cette discipline très contraignante.

Des difficultés, la licenciée de Sarreguemines (Moselle) en a connu. Aujourd’hui, elle fait la fierté de son club, de sa ville, et de toute une région. Formée à Sarralbe, pas très loin de la frontière avec l’Allemagne, Aurélie Muller rejoint la section sportive de Sarreguemines à 12 ans. Elle s’oriente vers la vitesse et le demi-fond mais le destin va lui faire changer de direction. A 17 ans, sans le baccalauréat mais forte de son titre mondial juniors sur le 1 500 m, elle donne son maximum pour aller aux Jeux de Pékin. Malheureusement, la France ne peut envoyer que deux sélectionnées, et Aurélie termine juste derrière Laure Manaudou et Sophie Huber, sa camarade de club...

Elle part quand même en Chine pour y disputer la nage en eau libre, nouvelle discipline olympique, où elle termine 21e. Une révélation. Médaillée d’argent sur le 5 km aux Mondiaux 2011, la membre de la « Moselle Sport Académie » (ce qui fait d’elle la 1re et seule nageuse professionnelle du pays) rejoint le Canada en septembre dernier, puis l’écurie de l'ancien mentor de Manaudou Philippe Lucas à Narbonne en février.

« Ca tombait bien, car Aurélie a aussi un fichu caractère, explique Gilles Volpato, le président du CN Sarreguemines, le plus grand club de la région. Elle est adorable, mais sait aussi ce qu’elle veut, comme tous les grands nageurs. Son titre l’a rendue euphorique. Et nous très heureux. » « Nous étions confiants, enchaîne David Wagner, le président du comité régional. Aurélie a fait beaucoup de sacrifices pour aussi donner le 1er titre mondial à un club ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant