Natation: à vos marques, prêts, repartez

le
0
LA NATATION FRANÇAISE DE RETOUR
LA NATATION FRANÇAISE DE RETOUR

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Un peu plus de deux mois après une moisson olympique historique - sept médailles dont quatre d'or, la natation française repart de zéro avec l'intention de répéter un schéma qui l'a portée au sommet.

"Il y a toujours une petite période de blues olympique. Ces médailles sont le résultat du travail de l'Olympiade toute entière et maintenant, il faut faire fructifier l'héritage", a dit Christian Donzé, mardi, lors d'une conférence de presse.

Le directeur technique national (DTN) a rappelé les étapes qui ont mené à ce succès, à commencer par les championnats d'Europe de Budapest et ses du 21 médailles en natation course en 2010 et les championnats monde de Shanghai, l'année suivante, où pour la première fois, l'équipe masculine française a décroché deux titres.

Sur l'Olympiade écoulée, la France aura au total ramené 55 médailles.

"Du coup aux JO, tout le monde est arrivé avec beaucoup de sérénité, l'encadrement comme les nageurs", a ajouté le DTN, qui confesse que, si les Français brillent en nage libre, des progrès restent à accomplir dans d'autres disciplines.

"Il va falloir beaucoup de vigilance et beaucoup de travail. Pour la saison 2012/2013, il faut faire revenir le fleuve dans son lit, chacun doit reprendre ses marques."

Premier tremplin vers Rio 2016, les championnats du monde en grand bassin fin juillet, début août 2013 à Barcelone.

HORTER S'EN VA, LUCAS ARRIVE

Ce travail se fera sans Lionel Horter, qui occupait depuis quatre ans le poste de directeur des équipes de France et qui a dit souhaiter "mettre en place une organisation différente au niveau personnel". Il reste entraîneur national au pole de Mulhouse.

Sera-t-il remplacé? "Cette réflexion doit être celle du futur président et du futur DTN", a dit Francis Luyce, le président de la FFN, seul candidat à sa propre succession pour l'élection prévue le 2 décembre.

Appartiendra alors au président de nommer le DTN, poste qui semble devoir rester à Christian Donzé.

"D'ici là, il y aura aussi l'élaboration d'un nouveau projet fédéral qui sera présenté et soumis à l'approbation de l'Assemblée générale", a dit Francis Luyce.

Outre le départ de Horter, l'arrivée dans le staff fédéral de Philippe Lucas, l'ancien mentor de Laure Manaudou qui préside actuellement aux destinées d'Amaury Leveaux, est désormais acté.

"Entre 2004 et 2008, puis entre 2008 et 2012, on a fait évoluer l'encadrement. Je l'avais sollicité plusieurs fois, il avait jusque-là décliné avec des raisons argumentées. Là, il m'a donné son accord", a expliqué Donzé.

"Il a lui aussi participé à l'émancipation de la natation française. C'est son boulot. Il n'a jamais entraîné de clampins mais des médaillés."

Francis Luyce s'est également félicité des conséquences des résultats sportifs sur le nombre de licences - +1,77% cette saison -, sur les partenariats ou encore l'engouement du public.

Le président a également fait le point sur le centre nautique d'Aubervilliers, dont le dossier date d'il y a dix ans et qu'il qualifie lui-même de "serpent de mer de la FFN".

"J'ai rencontré la ministre. Le dossier d'Aubervilliers n'est pas abandonné mais rien ne dit non plus qu'il verra le jour. Comme on dit 'wait and see'", a dit le Dunkerquois.

Chrystel Boulet-Euchin, édité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant