Nasri, Adebayor, Clichy : les douces revanches de Manchester City

le
0
Nasri, Adebayor, Clichy : les douces revanches de Manchester City
Nasri, Adebayor, Clichy : les douces revanches de Manchester City

Depuis qu'il est sous pavillon émirati, Manchester City est au sommet du foot anglais quand Arsenal tente de rester dans les places d'honneur. Symbole de la passation de pouvoir : les meilleurs Gunners comme Samir Nasri qui signent à Manchester. Avec un léger goût de revanche pour les Citizens.

Tout le monde ou presque se souvient du sprint d'Emmanuel Adebayor en 2009, pour aller célébrer un but devant les supporters d'Arsenal. Le Togolais venait de rejoindre City et de participer à la crucifixion de son ancien mentor Arsène Wenger 4-2 à l'Etihad Stadium. Pour enfoncer le clou, l'Africain avait essuyé ses crampons sur la tête de Robin van Persie. En mai 2012, c'est Samir Nasri qui a à son tour tancé les Canonniers. Sans violence, tout dans le verbe : "Il me semble qu'ils n'ont rien gagné depuis plusieurs années maintenant. J'ai fait le pari de rejoindre un grand club et de me battre pour ma place sur le terrain, et je l'ai réussi. J'espère maintenant que les fans d'Arsenal pourront s'y faire et m'oublier." Le même été que Nasri, Gaël Clichy avait lui aussi quitté Arsenal pour Manchester City, imité en juin par Bacary Sagna, alors en fin de contrat à Londres. L'Emirates Stadium serait-il le bagne et l'Etihad un paradis ? ?
Arsenal et Manchester City, pas la même catégorie ?
Pour Sylvain Distin, qui joue en Premier League depuis 2001, l'explication est relativement simple. " On juge toujours sur les prestations du moment, et actuellement, City gagne des titres, est dans la course chaque année ", rappelle le défenseur d'Everton. " Même si cela ne retire rien aux mérites d'Arsenal, présent depuis longtemps au plus haut niveau, aucun joueur ne signe dans un club pour son histoire. On se base sur le moment présent et on évalue le challenge sportif, le côté financier, ou l'équilibre entre les deux. " Or, entre un club qui a remporté deux championnats en trois ans et l'autre qui n'a raflé qu'une Cup en une décennie, le choix est simple, surtout quand le premier paie mieux.

" Tous les clubs qui ont un gros pouvoir financier attirent les meilleurs joueurs. Les politiques de recrutement, mais aussi salariales d'Arsenal et City sont totalement différentes. Les clubs ne sont pas comparables : à City, il y a 25 internationaux confirmés, le club est au top depuis cinq ans grâce à un gros investisseur, alors qu'Arsenal mise plutôt sur les jeunes, c'est plus un club vendeur et probablement le seul à avoir une balance de transfert positive en haut de la PL ", analyse Distin, pour qui Arsenal " fait évoluer les joueurs", quand Manchester City les recrute au top. Pour l'ancien défenseur de Manchester City (2002-2007), les choix de carrière...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant