Naples maintient le cap

le
0
Naples maintient le cap
Naples maintient le cap

Sans trop forcer, les Napolitains sont venus à bout du Bologne de Roberto Donadoni. Avec un Insigne dont le talent n'a pas été altéré par sa dernière expérimentation capillaire, un Callejon une nouvelle fois buteur et un Milik impressionnant de réalisme.

SSC Napoli 3-1 Bologna FC 1909

Buts : Callejon(14e), Milik (68e, 78e) pour Naples // Verdi (56e) pour Bologne

Cinquante. José Maria Callejon tient plus de l'ailier infatigable et collectif que du finisseur clinique, mais il en a pas moins marqué un joli paquet de but sous les couleurs napolitaines. Ce soir, l'ex madrilène a inscrit son cinquantième pion avec les Partonopei. Il n'a pas été le seul à soigner sa feuille de stats puisque son coéquipier Arkadiusz Milik, en inscrivant un doublé, en est lui à cinq buts en six matchs sous les couleurs napolitaines, toutes compétitions confondues cette saison. Sans briller, Naples s'en est remis à ses deux buteurs maison pour faire la loi au San Paolo.

Ave José Maria !


Les Partonopei disposent d'une sacrée profondeur de banc, une force que Maurizio Sarri compte bien utiliser à son avantage tout au long de le saison. Le technicien italien laisse donc souffler Ghoulam, Allan, Mertens et Milik, alignés en milieu de semaine lors de la victoire napolitaine face à Kiev en C1. Place à Strinic, Zielinski, Insigne et Gabbiadini. En face, Bologne, qui a réalisé un début de saison encourageant en tapant deux promus, Crotone et Cagliari, aligne son habituel 4-3-3 mais doit composer sans Mattia Destro, blessé.

Devant un San Paolo à moitié vide, Naples veut plier l'affaire rapidement et se met très rapidement dans le bon sens. Insigne envoie sur son coté gauche un centre pour Callejon, qui profite de l'apathie de la défense adverse pour marquer d'une tête maligne. Quatre matchs, cinq buts en Serie A pour lui : José María démontre semaine après semaine qu'il y a bien une vie après Gonzalo Higuain. La défense des Rossoblù, sans doute éblouie par le blond peroxydé des cheveux de Lorenzo Insigne, continue de faire cadeau sur cadeau aux Napolitains. Des largesses défensives qu'Insigne, décidément omniprésent, est proche d'exploiter à plusieurs reprises, sans parvenir à conclure. Bologne, asphyxié par le pressing napolitain, peine à dépasser la ligne médiane et regagne logiquement les vestiaires avec un but de retard.

Le sang froid de Milik


Les…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant