Naples laisse la finale à Dnipropetrovsk

le
0
Naples laisse la finale à Dnipropetrovsk
Naples laisse la finale à Dnipropetrovsk

Le Napoli a tout donné, mais n'est pas parvenu à rattraper ce but à l'extérieur polémique. Le FC Dnipro, en grande partie grâce à son gardien Boyko, l'emporte et accède à la finale de Ligue Europa (1–0).


Dnipro Dnipropetrovsk - Naples
(1-0)

E. Seleznov (57') pour Dnipro Dnipropetrovsk


On ne souligne jamais assez l'importance d'avoir un bon gardien. Ou du moins un gardien en confiance. Cet être solitaire sur qui toute la pression de l'équipe repose, éclairé à la lumière de ses erreurs, trop rarement à celle de ses exploits. Et quand c'est le cas, c'est juste qu'on ne peut pas faire autrement. Que sa performance sort du commun. Qu'il est l'homme du match. Comme ce jeudi soir, finalement. Si le Napoli a failli, c'est en grande partie à cause de Boyko. Le gardien du Dnipro s'est imposé sur toutes les offensives napolitaines. Tout seul, presque sans défense. Comme l'arbitre assistant au match aller, Boyko a été le principal artisan de l'exploit de Dnipro.

Le Napoli se fait "Boykotté"


L'entame de cette demi-finale est à l'image de l'ambiance qui règne dans le Stade Olympique de Kiev. Froide, vague et incertaine. Sept premières minutes d'observation où le ballon ne circule quasiment pas. Sept minutes au bout desquelles le Napoli d'Higuaín se décide enfin à lancer l'assaut sur les cages ukrainiennes. La première tentative de Pipita est un échec. Ou plutôt une réussite. Celle de Boyko. Le mur faisant office de gardien du Dnipro. Ce duel gagné, à la 7e minute donc, est le premier parmi beaucoup d'autres. Boyko s'impose une nouvelle fois à la 27e sur une tête décroisée du même Higuaín. Pareil sur toutes les ouvertures, centres et autres passes s'approchant de sa surface. La défense soviétique n'est pas au mieux, souvent dépassée, lobée, prise de vitesse mais c'est parce qu'elle sait qu'elle peut s'appuyer sur son solide dernier rempart. Le Napoli n'est pas trop mal de ce côté-là non plus. À la 33e, Andújar sort l'unique occasion du Dnipro en première période. Une grosse patate rebondissante de Seleznyov. Le Napoli, en première période, a toutes les cartes en main pour rattraper son retard. Sauf celle qui permet de faire tomber Boyko.









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant