Nantes se relance face à Guingamp

le
0
Nantes se relance face à Guingamp
Nantes se relance face à Guingamp

Sans saveur et animée par les coups, la rencontre entre Nantes et Guingamp a finalement accouché d'un succès Canari. Trois points qui font du bien au niveau comptable mais ne doivent rien au beau jeu.


Nantes - Guingamp
(1-0)

Y. Bammou (68') pour Nantes


Dans les bureaux de la LFP, c'est la panique : "Les gars, pour rattraper les droits télé anglais, on a encore du pain sur la planche. Vous avez vu la purge digne d'un match d'Excellence qu'on a vendu à Bein ? Je vous le dis, on va avoir du mal à escroquer les chaines l'an prochain. ". Si la Premier League est bien marketée, le match entre Nantes et Guingamp a constitué la pire publicité possible pour la Ligue 1. Des frappes rares et molles, des fautes à profusion, et un niveau technique digne d'un terrain municipal : oui, les deux équipes ont offert une panoplie de nullité comme rarement égalée depuis le début de la saison. Certes, Guingamp était fatigué par son parcours rafraichissant en Europa League. Certes, il ne fallait pas plus attendre du FC Nantes, englué depuis décembre dans son incapacité à gagner une rencontre. Mais trop, c'est trop. Car en préférant les coups au détriment des ambitions, Canaris et Bretons ont délivré un 1-0 sans saveur ni frisson. Un néant difficile à vendre, même pour les publicitaires les plus aguerris. Mais qui fait les affaires de Nantes, heureux titulaire des trois points au bout du non suspense.
There will be blood
D'entrée, le scénario se dessine à la Beaujoire : Nantes prend le contrôle du ballon, et laisse l'arme du contre aux Bretons. Seul problème, Nantes est en panne offensivement, quand Guingamp semble claqué par ses extras européens. D'ailleurs, la cuisse de Dorian Lévèque n'y résiste pas. Chignon dehors dès la 3e minute, le latéral rouge et noir assiste toutefois à la débauche d'energie vaine de Mandanne, qui manque d'ouvrir le score après avoir chipé le cuir au maladroit Djilobodji. La suite ? Un enchainement d'erreurs en tout genre, des Nantais qui se perdent autant dans l'axe et les couloirs, mais surtout, un festival de mauvais gestes qui tachent. En vrac, une cravate sur Mandanne, un accrochage entre Pied et Deaux, une entaille dans le crâne de Pied, une course folle de Bessat pour enfoncer Jacobsen sous terre...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant