Nantes intenable, Monaco intraitable

le
0
Nantes intenable, Monaco intraitable
Nantes intenable, Monaco intraitable

Chacune dans son style, chaque équipe a livré un bon match, surtout en première mi-temps. Résultat, pas de vainqueur sous le soleil de la Beaujoire (0-0).

FC Nantes 0-0 AS Monaco FC


Un dimanche après-midi naissant, un froid soleil d'hiver caressant, soit les ingrédients réunis pour faire frissonner les doux souvenirs du temps, passé mais pas perdu. Alors, quand cinq membres du Nantes soyeux de 1995 sont mis à l'honneur, la nostalgie heureuse est à son acmé. Rémy Riou a vu jouer David Marraud au cœur d'une invraisemblable série de blessures. Nicolas Gillet, 11 ans à l'époque, a pu être inspiré par l'activité de Makélélé au milieu. Et si Bedoya, Sala, Sigthorsson et surtout Adryan étaient un peu jeunes pour se régaler de la complicité entre Loko, Ouédec et Ndoram, la seule lecture des statistiques de leurs aînés – 52 buts à eux trois, en une saison de première division – a dû les émoustiller. Les Nantais ont envoyé du jeu avec envie et qualité, notamment en première période. Mais, la torpeur dominicale, Monaco connaît ça au quotidien. Pour sa 7e sortie à l'heure de la sieste, l'ASM rapporte un nul et est toujours invaincue à cette horaire bâtarde, entre efforts et repos. Et reste confortablement allongée sur son matelas de 10 points d'avance sur son poursuivant.

Onze nantais et un Subasic


Le match du dimanche 14h, sieste garantie ?
Après le coup d'envoi fictif donné par l'immense Japhet N'Doram, le show peut commencer. Combo interception-frappe par Adryan ; Bedoya fort au premier poteau ; Vizcarrondo de la tête : en moins de cinq minutes, Subasic est mis au fait des intentions nantaises, gagner pour aller chercher l'Europe. Mais l'Europe, la grande, Monaco va probablement la retrouver précisément grâce à son gardien. Que ce soit face à Sigthorsson, en duel puis à la claquette sur un plat du pied sans contrôle de l'Islandais, ou sur la magnifique reprise à 20 mètres de Sala, Danijel est serein. Monaco tente bien de sortir par la vista de Moutinho, la conservation de balle de Lemar ou la technique gourmande de Mbappe, il faut un dégagement de Riou contré par Carillo pour le premier vrai frisson dans les travées d'une Brigade Loire belle à voir. Car, si les avants sont virevoltants, le bloc nantais sait aussi…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant