Nantes impuissant face au verrou vert

le
0
Nantes impuissant face au verrou vert
Nantes impuissant face au verrou vert

En supériorité numérique pendant près de 75 minutes, Nantes n'a pas su se défaire de Stéphanois pourtant rapidement diminués par une série noire de blessures. Les Canaris restent seizièmes et n'ont toujours pas marqué à la Beaujoire cette saison.

FC Nantes 0-0 AS Saint-Étienne


Tranquille, Stéphane Ruffier mâche son chewing-gum. On joue la 88e minute et le portier stéphanois vient de sauver trois fois les siens en l'espace de dix minutes. Auparavant, il avait aussi stoppé sans forcer un penalty de Sala en début de match. En face, les Canaris courent comme des dératés, enchaînent les centres, les frappes, les combinaisons, mais ne parviennent pas à forcer le verrou vert. René Girard serre les dents et Christophe Galtier le poing. Au courage, les Verts rapportent un point de la Beaujoire.

Les Verts fragiles


Après trois défaites de rang, Nantes était enfin parvenu a stopper l'hémorragie de son début de saison catastrophique face à Nancy le week-end dernier (1-1). Suffisant pour décider René Girard à conserver son 4-4-2 à plat. Christophe Galtier aligne, lui un onze très différent de celui qu'il avait mis en place face à Bastia lors de la cinquième journée, en titularisant notamment Nolan Roux en pointe, Hamouma à droite et Pogba sur le coté gauche, à la place de Théophile-Catherine.

Après dix premières minutes d'une extrême pauvreté technique, Saint-Étienne se retrouve soudainement marabouté. Les sorties coup sur coup de Lemoine et Pogba, blessés, déséquilibrent temporairement le bloc de Galtier. Tant et si bien que Malcuit, tout juste rentré en jeu, fait faute dans la surface en position de dernier défenseur sur Kacaniklic. Rouge direct. Heureusement pour les Stéphanois, Emiliano Sala a la délicatesse d'envoyer une frappe de poussin dans les gants de Ruffier, qui stoppe sa tentative sans même avoir besoin de cracher son éternel chewing-gum (17e). En supériorité numérique, Nantes se fait plus pressant mais n'est réellement dangereux que sur phase arrêtée, comme sur ce coup-franc de Lima aux trente mètres, qui oblige Ruffier à s'interposer(32e). Coté Vert, le bal des blessures continue, puisque Galtier doit procéder à son troisième et ultime changement en sortant Perrin, visiblement touché à la cuisse.

Le pompier Ruffier en service


Le début de second acte est légèrement plus rythmé. Nantes continue d'arroser de centres la surface…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant